Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

"Toujours plus de bruit, pour toujours plus d'argent": des paillotes dans le collimateur du préfet de l'Hérault

-
Par , France Bleu Hérault

Le préfet de l'Héraut prévient certaines paillotes : elles vont devoir faire beaucoup moins de bruit si elles veulent rester ouvertes. Il se base sur des contrôles réalisés mi-juin. Six d'entre elles, à La Grande-Motte et à Carnon, sont dans le rouge.

6 paillotes font beaucoup trop de bruit selon le préfet de l'Hérault. Elles sont dans l'illégalité (illustration)
6 paillotes font beaucoup trop de bruit selon le préfet de l'Hérault. Elles sont dans l'illégalité (illustration) © Maxppp -

La Grande-Motte, France

Les paillotes sont dans le collimateur du préfet de l'Hérault. Pierre Pouëssel tape du poing sur la table à cause du bruit, le soir. Ces nuisances sont illégales, dit il, et il compte bien faire respecter la loi. Il se base sur des contrôles qui ont été faits mi-juin. Six paillotes étaient dans le rouge : quatre à La Grande-Motte et deux à Carnon. Leur convention les oblige à limiter la musique à 80 dB jusqu'à minuit, puis à 73 dB jusqu'à 2 heures du matin. Lors des contrôles, les capteurs sont montés "jusqu'à 90, 95 et même 97 dB".

"Je veux bien que dès lors qu'on bouscule des habitudes, qu'on s'oppose à des intérêts privés au nom de l'intérêt général, il y ait une forme d'exaspération mais ce n'est pas ça qui va nous empêcher de faire notre métier."- Le préfet de l'Hérault

Le préfet a envoyé une lettre de mise en garde aux maires des communes concernées au début du mois de juillet, les exploitants ont été prévenus que "ces dérives sont inacceptables." Toujours plus de bruit, pour toujours plus d'argent selon lui. Pas de problème si on respecte la loi mais "on est passé d'un système artisanal à un système industriel avec des boites de nuit à ciel ouvert". Une escalade. Et là, "on arrive au bout."

Attention à notre chiffre d'affaire et à nos emplois, répondent les exploitants. Des menaces qui n'inquiètent pas Pierre Pouëssel. Il ne se fait "pas de souci sur la capacité d'adaptation des exploitants." Et il ne s'inquiète pas non plus pour les emplois puisque, selon ses informations, le secteur manque cruellement de main d'oeuvre. 

Baisser le son ou fermer

Le préfet reste inflexible. Les contrôles vont se poursuivre et si le bruit persiste, il pourrait prononcer une fermeture administrative ou carrément révoquer la convention d'exploitation. Tout en rappelant que cela ne concerne que six paillotes seulement sur les 70 que comptent les 90 km de plage du département. Deux de ces paillotes au moins ont déjà annoncé sur leur page Facebook que les décibels seront désormais limités à 80 le soir.

Echelle des décibels - Aucun(e)
Echelle des décibels - Source : capture d'écran bruitparif.fr