Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le préfet de l'Hérault demande la calamité agricole pour les conchyliculteurs touchés par la Malaïgue

jeudi 30 août 2018 à 16:53 Par Elisabeth Badinier, France Bleu Gard Lozère et France Bleu Hérault

La malaïgue a décimé la production de coquillages sur l'étang de Thau cet été. 100 % de pertes pour les moules, un tiers pour les huîtres. Le préfet de l'Hérault va demander le classement en calamité agricole et des exonérations de charges pour les conchyliculteurs.

100 % de la production de moules a été détruite (illustration)
100 % de la production de moules a été détruite (illustration) © Maxppp -

Bassin de Thau, France

Les services de la préfecture de l'Hérault se sont réunis ce jeudi à Sète pour faire le point sur la crise qui touche les conchyliculteurs du bassin de Thau. Les fortes chaleurs d'une intensité et d'une durée exceptionnelle conjuguées à l'absence de vent ont favorisé l'apparition d'un phénomène connu et naturel, la Malaïgue, ce phénomène consiste en une absence d'oxygène dans le milieu marin qui met en péril la vie de la faune et de la flore et notamment les coquillages d'élevage.

Le préfet de l'Hérault a missionné des experts dès la mi-aout pour évaluer les pertes et le bilan est catastrophique : 

  • 100 % de pertes pour les moules, 1218 tonnes pour un montant de 1,22 millions d'euros
  • Un tiers de la production d’huîtres en moyenne, 2703 tonnes pour 4,73 millions d'euros. 63,5 % de mortalité pour le secteur de Mèze-Montpénèdre et 52 % pour celui de Marseillan. 

Le préfet demande donc auprès du ministère de l'Agriculture la reconnaissance en calamité agricole pour les conchyliculteurs du bassin de Thau. Il demande aussi des exonérations de charges, de redevances et de taxes pour les conchyliculteurs qui doivent se rapprocher au plus vite de la MSA pour déposer leur dossier. 

Des réunions avec l'URSSAF et la DIRECCTE sont prévues dans les prochains jours pour prendre aussi en compte les problèmes de trésorerie des entreprises en difficulté et envisager le recours à l'activité partielle pour certaines.