Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le Printemps annonce la fermeture de son grand magasin de Metz

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Le groupe Printemps "prévoit la fermeture" de quatre de ses enseignes Printemps (Metz, mais aussi Paris, le Havre et Strasbourg), ainsi que de trois magasins Citadium.

Le magasin Printemps à Metz, juste après le premier confinement
Le magasin Printemps à Metz, juste après le premier confinement © Radio France - Cécile Soulé

Le grand magasin Printemps de Metz va fermer, tout comme ceux de Paris, Strasbourg et Le Havre. C'est ce qu'annonce ce mardi la direction du groupe, dans le cadre d'un "plan de relance" qui vise à "assurer la pérennité de ses activités". Trois magasins Citadium vont également fermer à Paris et Toulon.

Le nombre de postes menacés n'a pas été précisé par la direction mais les syndicats évoquent 450 suppressions, sachant que le groupe emploie quelque 3.000 personnes en tout, dans 19 magasins et huit enseignes Citadium. Il y en aurait 110 rien qu'à Metz, selon la mairie, près de 150 selon la CFDT. Mais la direction précise que sa priorité est "d'accompagner les salariés concernés avec des mesures appropriées et personnalisées", et elle va faire appel "à un partenaire pour la recherche de repreneurs".

Un marché "structurellement difficile et détérioré depuis plusieurs années"

La pandémie de Covid-19 n'est pas étrangère à ce plan de relance, même si le marché est "structurellement difficile et détérioré depuis plusieurs années (attentats, manifestations des gilets jaunes, grèves)" explique encore le groupe, qui se dit "dans l'obligation de transformer son modèle pour arrêter les pertes, s'adapter aux exigences de marché et assurer sa pérennité sur le long terme".

"Un cataclysme", pour le maire de Metz

Pour l'heure, la direction locale du magasin messin n'a pas souhaité réagir à ces annonces. En revanche, le maire de Metz, François Grosdidier, évoque un "cataclysme". Il explique que les causes sont aussi bien "générales" que "locales", avec notamment "un développement périphérique largement supérieur à la moyenne nationale", sans compter la crise sanitaire qui "a frappé le commerce non-alimentaire plus que tout autre secteur économique".

La faute aussi à Muse selon François Grosdidier

Le maire de Metz met en cause également les choix de son prédécesseur Dominique Gros. Durant ses deux mandats, deux centres commerciaux ont vu le jour, Muse dans le quartier de l'amphithéâtre et Waves dans la zone Actisud à Augny. "Je n'aurais pas fait Muse en tant que maire de Metz car nous n'avons pas la place pour une offre commerciale qui part de la rue des jardins jusqu'à la rue des messageries. C'est disproportionné, c'est une offre excédentaire" réagit François Grosdidier. 

François Grosdidier met en cause les choix de Dominique Gros.

La CFDT de Moselle, elle, craint que d'autres enseignes n'annoncent le même genre de plans sociaux à l'avenir. "La rue Serpenoise est déjà très appauvrie, selon Guy Kauth, le représentant de la branche Commerce en Moselle. Des annonces comme ça, je le crains, il va y en avoir en cascade".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess