Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le prix de l'eau pourrait baisser de 15% à Nîmes dès le 1er janvier 2020

lundi 7 janvier 2019 à 18:38 Par Ludovic Labastrou, France Bleu Gard Lozère

Une page se tourne pour la SAUR à Nîmes. Après 50 ans de gestion de l'eau, elle va devoir céder sa place à Véolia. C'est en tout cas le choix de Nîmes-Métropole qui a présenté ce lundi le futur délégataire de l'eau et de l'assainissement. À cette occasion la collectivité ferait une économie de 80M€.

Yvan Lachaud, président de Nîmes-Métropole.
Yvan Lachaud, président de Nîmes-Métropole. © Radio France - Ludovic Labastrou

Nîmes, France

Le prochain délégataire de service public de l'eau sur le territoire de Nîmes-Métropole devrait être Veolia. Un choix qui sera soumis au vote des délégués communautaires le 23 Janvier prochain. Deux autres grands du secteur soumissionnaient. La SAUR, l'actuel délégataire depuis 50 ans et SUEZ, mais ils n'ont pas fait de meilleures propositions que leur concurrent. 

10 millions d'euros d'économies par an

Avec ce futur contrat qui regroupe l'eau et l'assainissement pour l'ensemble du territoire, la collectivité annonce 80 millions d'€ d'économies sur 8 ans. Le prix total eau et assainissement pour l'usager de 3,69€/M3 actuellement pourrait baisser de 15% d'ici au 1er janvier 2020. Un contrat qui lierait la collectivité à l'entreprise pour un montant de 185 M€.  De son coté le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, a fait part au président de Nîmes-Métropole "_de ses préoccupations sur le niveau d’informations insuffisant pour arrêter un choix qui engage la collectivité pour plus de 200 millions d’euro_s". Les élus ajoute-t-il dans un communiqué "doivent disposer d’éléments de comparaison précis afin d’arrêter une décision en toute impartialité".

Yvan Lachaud, président de Nîmes-Métropole.

18 contrats auparavant pour Nîmes-Métropole

Dans la corbeille, la société Véolia apporte un contrat unique eau et assainissement pour tout Nîmes-Métropole ( il y en avait 18 auparavant); 10 millions d'euros d'économies chaque année et d'ici au 1er janvier prochain, une facture qui serait à la baisse de 15%. Egalement prévue : la construction sur la station d'épuration, d'une usine de méthanisation - 17 millions d'euros d'investissements. Elle produira du bio méthane qui alimentera à l'automne 2021 les futurs bus hybrides du réseau Tango. 

Remettre l'usager-citoyen au centre du contrat

Avec cette nouvelle délégation de service public, l'usager qui paie sa facture eau/assainissement 3,69€ le mètre cube pourrait au 1er janvier 2020 voir sa facture baisser de 15%. Véolia s'engage a réduire les fuites d'eau dans le réseau. Le rendement passerait de 70 à 80%. Veolia propose également de créer une société dédiée. 4 de ses 10 membres seront choisis par Nîmes-Métropole. Pas des élus mais pourquoi pas des citoyens qui souhaitent s'impliquer. Une façon de garder un œil sur les engagements de l'entreprise dont le contrat s'achève en 2028.