Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le prix de l'immobilier monte à Toulouse, un "marché très dynamique"

-
Par , France Bleu Occitanie

Le prix médian du mètre carré à Toulouse avoisine aujourd'hui les 3.000 euros, autour des 5.000 dans l'hypercentre. C'est la cause d'un marché de l'immobilier très attractif en ce moment, selon Philippe Pailhès, président des notaires de la cour d'appel de Toulouse.

Philippe Pailhès, le président des notaires de la Cour d'Appel de Toulouse.
Philippe Pailhès, le président des notaires de la Cour d'Appel de Toulouse. © Radio France - Alban Forlot

Des ventes d'appartements et de maisons qui augmentent de 8% sur l'année, un phénomène de rattrapage suite au confinement... Le marché de l'immobilier est "très dynamique" en ce moment à Toulouse selon Philippe Pailhès. Le président des notaires de la cour d'appel de Toulouse était notre invité ce mercredi matin sur France Bleu Occitanie. L'achat de propriétés neuves n'est pas forcément en hausse, au contraire de l'ancien, qui pour le coup se vend très bien. 

Toulouse reste donc une ville très attractive malgré la crise, et ça se ressent aussi sur les prix. Le mètre carré tourne autour des 3.000 euros désormais, et il monte même à 5.000 euros dans l'hypercentre et dans les quartiers les plus prisés. Toulouse se classe donc maintenant parmi les villes les plus chères.

Autre conséquence donc pour le portefeuille : les nouveaux acquéreurs s'adaptent et achètent moins de terrain pour garder un budget raisonnable. "Avant, on achetait des terrains de 1.000, 2.000 mètres carrés... Aujourd'hui, c'est plutôt entre 300 et 600 mètres carrés" selon Philippe Pailhès. De nombreux propriétaires souhaitent ainsi changer de vie en passant de l'appartement à la maison, un autre effet du confinement. 

"La situation va nous rattraper."

Tout va bien pour le moment donc côté immobilier... Pour l'instant. "La situation va nous rattraper" selon Philippe Pailhès. La crise du secteur aéronautique qui impacte fortement la région toulousaine risque d'avoir un impact tôt ou tard sur le marché de l'immobilier, et risque de surcroît de faire stopper l'embellie dans les mois, voire les années qui viennent. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess