Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le prix des fruits et des légumes augmente-t-il en Corse ?

-
Par , France Bleu RCFM

Alors que la sécheresse a fait bondir le prix des fruits et des légumes sur le continent, la Corse voit ses prix légèrement varier chaque semaine. Mais l'île ne souffre aucunement de sécheresse. Il y a donc d'autres raisons.

Des fruits et légumes d'été.
Des fruits et légumes d'été. © Radio France - Franck Daumas

Corse, France

Avez-vous remarqué, en faisant vos courses, une augmentation du prix des fruits et des légumes ? Oui, selon certains d'entre vous. C'est ce qu'a constaté RCFM, ces derniers jours, à la sortie des supermarchés. "Les touristes sont arrivés, alors les prix ont augmenté", note Michèle. "J'ai vu des tomates corses à 4 euros le kilo, poursuit Jeanine. C'est pas normal !" Alors les prix augmentent-ils vraiment ? Sur le continent, ils ont bondi le mois dernier, en raison de la sécheresse. Mais la Corse n'est pas concernée

L'île a pourtant souffert, cette année. D'abord, de la pluie qui est tombée en grande quantité. Puis de la maladie de la sharka, qui touche les fruits. Et enfin, des fortes chaleurs le mois dernier. "Regardez ces bouquets, il n'y a pas de fruit", montre Augustin Pepe, maraîcher à Borgo. À cause de la chaleur, le producteur a vu ses récoltes diminuer. 

Les tomates d'Augustin Pepe, maraîcher à Borgo. À cause des grosses chaleurs, elles sont vertes au mois d'août. - Radio France
Les tomates d'Augustin Pepe, maraîcher à Borgo. À cause des grosses chaleurs, elles sont vertes au mois d'août. © Radio France - Suzanne Shojaei

Des variations de quelques centimes

Mais les prix n'ont pas forcément augmenté. C'est ce que constate la Chambre d'agriculture de Haute-Corse, qui analyse les prix des supermarchés chaque semaine. Exemple avec les pêches corses : elles coûtaient en moyenne 4,05€ la dernière semaine de juillet, 3,91€ la semaine suivante, puis 4,02€. Autre exemple, celui des nectarines de Corse : 3,89€ en moyenne la dernière semaine de juillet, 3,85€ la semaine suivante, puis 3,99€.

Donc les prix évoluent peu. Et s'ils évoluent, ce n'est pas forcément dû au choix des producteurs. "Les prix maximums que l'on atteint sont toujours plus bas que ceux du continent, explique Augustin Pepe. En Corse, les prix sont toujours plus lissés."

"Malgré tout, les producteurs corses ont conservé des prix semblables à ceux du début de saison" - Joseph Colombani, président de la Chambre d'agriculture de Haute-Corse

Alors, à qui la faute ? "La variation des prix, en Corse, est due aux marges, précise le président de la Chambre d'agriculture de Haute-Corse, Joseph Colombani. Ce sont les transports et les distributeurs. Car les prix de départ sont vraiment d'une rectitude exemplaire !"

RCFM a voulu poser la question aux grandes surfaces de Corse. Deux ont refusé de répondre. Les autres sont restées injoignables. 

Choix de la station

France Bleu