Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le projet de parc éolien en mer de Dieppe - Le Tréport modifié pour mieux respecter l'environnement

jeudi 11 mai 2017 à 18:15 - Mis à jour le jeudi 11 mai 2017 à 18:30 Par Margot Delpierre, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Paysage enlaidi, destruction de la faune marine, risque pour l'activité de pêche : les inquiétudes sont nombreuses face au projet de parc éolien en mer de Dieppe - Le Tréport (Seine-Maritime). La société a réagi en modifiant le schéma d'implantation des éoliennes.

Il y aura 62 éoliennes dans le parc d'ici 2021 (ici  au Danemark)
Il y aura 62 éoliennes dans le parc d'ici 2021 (ici au Danemark) © Maxppp - François Lepage

Dieppe, France

C'est une nouvelle étape franchie pour le projet de parc éolien en mer de Dieppe et Le Tréport. Les demandes d'autorisations ont été déposées mercredi auprès des services de l'Etat, qui procède désormais à une enquête publique.

La société a pris les devants pour s'assurer d'obtenir ces autorisations. Elle a fourni une étude d'impact environnemental réalisée sur trois ans. Le projet d'origine a depuis été modifié pour nuire le moins possible à l'environnement, aux espèces marines, et surtout aux pêcheurs.

Quelles améliorations pour les pêcheurs ?

Le parc comptera 62 éoliennes, c'est moins que le projet initial, mais elles seront plus puissantes. Elles seront espacées de plus d'un kilomètre afin de ne pas gêner le passage des bateaux. Le schéma des câbles sous-marins a également été revu : ils respecteront le sens du courant pour ne pas non plus perturber l'activité de pêche.

La société Eolienne en mer s'appuie sur les précédentes constructions de parcs éoliens, qui démontrent que les poissons reviennent au plus tard plusieurs mois après la fin du chantier.

Christophe Leblanc, directeur du développement du projet de parc éolien

Et pour la faune ?

Certaines zones seront évitées, comme celles du Creux et des Ridens de Dieppe où il n'y aura ni éolienne ni câble. Reste que le chantier sera très bruyant pour la faune marine, surtout pendant la phase de battage des pieux. Pour atténuer la nuisance sonore, la société propose d'installer des rideaux de bulles.

Mais il y a aussi des situations sans solution, comme les goélands argentés qui risquent de se cogner contre les pales d'éoliennes. Si cela peut paraître anecdotique, c'est une espèce protégée en France. Puisqu'il est impossible d'éviter une collision, la société financera la mise en place d'une réserve pour ces oiseaux.

Le calendrier

Si le calendrier est respecté, les éoliennes tourneront à partir de 2021 pendant vingt ans. Un calendrier qui ne tient pas compte des recours éventuels des opposants, qui pourraient retarder le projet.

Le calendrier prévisionnel du projet de parc éolien Dieppe - Le Tréport - Aucun(e)
Le calendrier prévisionnel du projet de parc éolien Dieppe - Le Tréport - Capture d'écran

L'étude d'impact environnemental sera mise à disposition du public dans un souci de "transparence", explique la direction du projet. Le document long de 3.000 pages existera également en version courte (150 pages).

Le projet en chiffres

Le projet coûte 2 milliards d'euros. Les 62 éoliennes devraient produire l'équivalent de la consommation électrique annuelle d'environ 850.000 personnes, soit les deux tiers de la Seine-Maritime.

Le parc éolien se situera à 17 km de Dieppe et 15.5 km du Tréport. La construction des éoliennes devrait engendrer la création de 750 emplois au Havre. L'exploitation et la maintenance du parc devraient créer 125 emplois directs à Dieppe et au Tréport.