Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le projet de sablière relancé à Michery

mardi 13 novembre 2018 à 19:40 Par Renaud Candelier, France Bleu Auxerre

C'est un projet vieux de vingt ans qui refait surface régulièrement. L'entreprise Eqiom, filiale d'un géant mondial des matériaux de construction (le groupe irlandais CRH) a déposé un nouvelle demande d'exploitation. La municipalité y est opposée, elle craint des risques pour l'eau potable.

Francis Garnier, maire de Michery et Marcel Mazaleyrat, adjoint au maire
Francis Garnier, maire de Michery et Marcel Mazaleyrat, adjoint au maire © Radio France - Renaud Candelier

Une réunion publique avait lieu ce mardi soir à la salle des fêtes de Michery pour informer les habitants. Une enquête publique est ouverte jusqu'au 26 novembre et a déjà recueilli une cinquantaine de commentaires. Cela fait une vingtaine d'année que le projet existe,  il a été corrigé plusieurs fois et pourrait finir un jour par aboutir.

Des matériaux de grande qualité pour la construction du Grand Paris

Le site en question, ce sont 70 hectares de champs situés dans la plaine alluvionnaire  Un sol riche en sable explique Loïc Traverse , directeur foncier chez Eqiom : "on a étudié de manière assez précises les matériaux qu'on peut avoir dans la vallée de Michery. On a fait des études de béton qui nous permettent d'avoir des bétons de haute performance. Donc ce sont des matériaux vraiment réservés à un usage noble." 

Ces matériaux (sable et gravillons) pourraient alimenter en partie des usines locales (Saint-Florentin et Migennes) mais aussi les besoins de construction du Grand Paris dans les prochaines décennies. 

La crainte de risques de pollution de l'eau potable

La mairie de Michery, elle, est opposée à ce projet en raison des risques de pollution de l'eau potable, gérée en régie municipale et tirée directement de la nappe phréatique locale. C'est ce qui inquiète aussi l'association ASEPA (Association de sauvegarde de l'environnement de Pont-sur-Yonne et ses alentours) et sa présidente Rafaëlle Maison : "L'extraction met à nu les nappes alluviales susceptibles d'alimenter les populations en eau potable. Et la mise à nu les fragilise, notamment par la proximité d'exploitations agricoles qui utilisent par exemple des intrants chimiques." L'entreprise Eqiom répond qu'elle prévoit, de son côté, des mesures afin d'éviter les pollutions émises par les camions lors de l'exploitation de la carrière.

Une redevance confortable pour les propriétaires

Autres motifs d'inquiétude, la destruction de 70 hectares de terres agricoles,  la circulation prévue d'une trentaine de camions aller-retour chaque jour et la présence d'une zone naturelle protégée (ZNIEFF) à proximité. Les propriétaires du terrain  pourraient toucher plus d'un un million d'euros de redevance de foretage durant les quinze ans d'exploitation.  La commune ne percevrait que quelques milliers d'euros d'impôts.

Michery, dans l'Yonne - Radio France
Michery, dans l'Yonne © Radio France - Denis Souilla