Économie – Social

PHOTOS - Le projet commercial et de loisirs Neyrpic avance à Saint-Martin-d'Hères

Par Laurent Gallien, France Bleu Isère mardi 13 décembre 2016 à 19:40

La maquette du projet Neyrpic
La maquette du projet Neyrpic © Radio France - Laurent Gallien

Lancé depuis 2008 le projet d'aménagement des anciennes halles industrielles Neyrpic à Saint-Martin-d'Hères (Isère) prend un nouvel élan avec la présentation ce mardi d'un nouveau projet et la promesse d'un début de travaux au printemps 2018.

La mairie de Saint-Martin-d'Hères (Isère) et le promoteur spécialiste des centres commerciaux modernes Apsys, ont présenté ce mardi 13 décembre un projet d'aménagement des anciens terrains et anciens bâtiment Neyrpic qu'ils veulent tout à fait novateur et parfaitement apte à remplir son rôle de lieu d'animation tout autant que de commerce dans une ville qui en manque, et de continuité urbaine entre la ville et le Campus Universitaire.

C'est là, entre la mairie et l'entrée du campus, le long des lignes de tramway C et D et de la grande Avenue Gabriel Péri, que 89 boutiques, 20 restaurants, 9 moyennes surfaces et 3 lieux de loisirs, vont tenter de profiter et de faire grandir encore l'affluence commerciale d'un secteur où l'on trouve déjà le 11e Géant Casino de France en terme de chiffre d'affaire, Castorama, Lapeyre, Ikea...

Les mots clés pour l'aménageur : plaisir et respect de l'environnement

Le tout dans un environnement qui n'a plus rien à voir avec les centres commerciaux d'autrefois. Aujourd'hui la possibilité de faire ses courses depuis chez soi sur internet interdit de se contenter d'un grand bâtiment cerné d'un parking. "Les codes (d'un centre commercial moderne) ce sont ceux qui vont permettre de faire bouger les consommateurs plutôt que rester confortablement installés chez eux" explique Maurice Bansay, président et fondateur d'Apsys, "et donc il faut créer des lieux basés sur une émotion, le plaisir d'être ensemble, de partager un moment avec sa famille, ses amis, faire autre chose que le simple acte d'achat".

C'est ainsi que le projet a été conçu, avec des bâtiments qui n'excèdent pas deux étages, bordant une large rue piétonne où il est prévu qu'il se passe toujours quelque chose, en lien avec les associations de la commune. Apsys souffle par exemple l'idée d'une ferme pédagogique, de potagers communs, de jeux de pétanque...

Dans sa construction le projet Neyrpic intègre également tous les codes de "bonne conduite" environnementale : panneaux solaires sur les vieux toit inclinés des bâtiments historiques, de la végétation jusque sur les murs ou encore 1 000 place pour garer les vélos. Le nouveau Neyrpic intègre enfin complètement le bâtit industriel du précurseur des équipements hydrauliques, revendu à Alstom en 1967, et prévoit même de réutiliser des matériaux trouvés sur place dans ce qui sera détruit lors de la rénovation.

Des oppositions depuis 2008

Depuis 2008 ce projet d'aménagement des anciens terrains et des anciens bâtiments des usines Neyrpic à Saint-Martin-d'Hères n'avance que lentement en raison, notamment, d'oppositions qui sont parvenues à faire annuler le PLU (plan local d'urbanisme) de la commune et à emmener le permis de construire jusqu'à la Cour administrative d'appel de Lyon, qui ne s'est pas encore prononcée. Mais ce nouveau projet et la promesse d'un nouveau permis de construire, devraient être moins contestés espèrent la mairie et le promoteur. Les opposants écologistes à la mairie de Saintt-Martin-d'Hères seront peut-être séduits par les nouveaux efforts en matière d'environnement.

Quant au Géant Casino voisin, opposant "commercial" au projet, il semble en avoir tiré son parti en obtenant des liaisons facilitant le passage de chez Neyrpic à chez lui et qu'aucune grande surface alimentaire ne prenne place dans le futur centre. "Les moyennes surfaces seront occupés par des marques qui ne sont pas présentes aujourd'hui dans l'agglomération grenobloise" promet Maurice Bansay. Sans pour autant dévoiler dors et déjà des noms.

Le futur centre commercial et de loisirs Neyrpic n'en est pas encore là de toute façon. Le nouveau permis sera déposé au printemps 2017, pour un début des travaux espéré au printemps 2018 et une ouverture au printemps 2020. Apsys investit 180 millions d'euros et promet de faire travailler les entreprises locales, auxquels s'ajouteront environ 40 millions d'euros de travaux de la part des commerces et société qui prendront place et moduleront à leur façon leurs emplacements.