Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le propriétaire de l'usine Brandt de St Jean-de-la-Ruelle sort de sa prison algérienne

-
Par , France Bleu Orléans

Issad Rebrab, le PDG du groupe Cevital qui possède l'usine Brandt de St Jean-de-la-Ruelle près d'Orléans, est sorti de prison ce 1er janvier. Il a été condamné par la justice algérienne pour des infractions fiscales, bancaires et douanières et devra payer une lourde amende.

La fortune personnelle d'Issad Rebrab est estimée à 3,4 milliards d'euros
La fortune personnelle d'Issad Rebrab est estimée à 3,4 milliards d'euros © Maxppp - Ryad Kramdi

C'est a priori l'épilogue d'une affaire qui soulevait une certaine inquiétude chez les 500 salariés de l'usine d'électroménager Brandt à Saint-Jean-de-la-Ruelle : Issad Rebrab, le propriétaire du site et PDG du groupe Cevital, est sorti de prison à l'aube, ce 1er janvier 2020, après 8 mois passés en détention provisoire, et à l'issue de son procès mardi à Alger.

Une affaire de surfacturations d'importations

Issad Rebrab était poursuivi pour infractions fiscales, bancaires et douanières. Tout au long de la procédure et encore pendant le procès, l'homme d'affaires âgé de 75 ans a clamé son innocence. On sait désormais ce que la justice algérienne lui reprochait : des surfacturations d'importations - une technique de fraude très courante en Algérie, qui consiste à surévaluer l'achat de produits importés pour cacher des transferts illicites de fonds vers l'étranger. L'accusation portait en l'occurrence sur l'achat de 2 machines pour purifier l'eau pour EvCon industry, une des filiales du groupe Cevital. Mais selon la presse algérienne, ni l'agent judiciaire du Trésor Public ni le représentant des Douanes algériennes n'étaient présents à l'audience, alors qu'ils étaient les témoins-clés de l'affaire... 

31 millions d'euros d'amendes

Issad Rebrab a finalement été condamné à 18 mois de prison, dont 6 mois ferme - une peine qu'il a déjà purgée lors sa détention provisoire. Il lui faudra en revanche acquitter une amende de 10 millions d'euros, à laquelle s'ajoute une amende de 21 millions d'euros pour la filiale de son groupe mise en cause. A moins, bien sûr, qu'il ne fasse appel de ce jugement. Cela reste, de toute façon, peu au regard de sa fortune personnelle, estimée à 3,4 milliards d'euros par le magazine Forbes.

Cette nouvelle va permettre de retrouver un peu plus de sérénité à l'usine Brandt de St Jean-de-la-Ruelle, même si au moment de l'arrestation d'Issad Rebrab en avril dernier, la direction de l'entreprise avait déjà tenu à rassurer les salariés comme les clients : la production en France n'était "aucunement" impactée par cette affaire et notamment le site loirétain qui fabrique des fours et des plaques à induction. Ce n'est d'ailleurs pas Issad Rebrab mais son fils Malik qui dirige le pôle industriel du groupe Cevital - pôle que la justice algérienne n'a jamais mis en cause dans ce dossier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess