Économie – Social

Le PSE de Fenwal est sur le bureau de la Direccte de Châteauroux

France Bleu Berry mercredi 8 avril 2015 à 4:30

Sur le t-shirt d'un employé de Fenwal opposé au plan social.

La direction du groupe Fenwal a envoyé son plan de sauvegarde de l'emploi à direction du travail vendredi dernier, le 3 avril. Le CE n'a pas été informé de ce dépôt et les salariés tombent des nues.

La direction du groupe Fenwal qui fabrique des poches à sang sur le site près de La Châtre a fait parvenir son plan de sauvegarde de l'emploi à la direction du travail vendredi dernier , le 3 avril. Le CE n'a pas été informé de ce dépôt et pour les salariés c’est une mauvaise surprise, la direction leur aurait dit ce jour-là qu'elle ne savait pas encore si elle allait apporter des modifications au plan. Ces derniers jours, le comité d'entreprise de Fenwal a mis un terme au débat, estimant que la direction du groupe Fresenius, qui possède le site, ne répondait pas à ses attentes . Le PSE a donc été déposé en l'état, validé unilatéralement par la direction. Maintenant le comité d’entreprise espère que le plan de sauvegarde de l’emploi ne sera pas validé en l’état par la Direccte, obligeant Fresenius à revoir sa copie.

Désormais, la Direccte doit éplucher ce plan, soit plusieurs centaines de pages , de tableaux, de colonnes de chiffres, de bilan, d'annexes. Il s'agit de vérifier que toutes les pièces obligatoires y sont , or, on sait d'ores et déjà que le dossier est incomplet : le comité d'entreprise explique ne pas encore avoir signé les procès-verbaux des dernières réunions, il les ferra parvenir dans les jours qui viennent. Une fois que la direction du travail aura tout vérifié, elle adresse à la direction du groupe Fresenius un accusé de réceptio n. De là, la Direccte se laisse 21 jours pour étudier le dossier selon deux axes. Le fond, et la forme . Il s'agit de vérifier que l’ensemble de la procédure a bien été réalisée en toute conformité. A la moindre anomalie, la direction devra refaire les consultations.

Sur le fond ensuite, il s'agit de savoir si les mesures proposées par Fresenius sont efficaces et proportionnelles aux moyens du groupe. Là, deux options : elles le sont, et le PSE est homologué. Elles ne le sont pas et la Direccte retoque le plan en attendant qu'il soit complété. Au bout de la procédure, la Direccte émet une décision administrative. Pour l’instant on sait que le PSE prévoit la suppression de 289 postes sur le site de la Châtre et une prime supra légale de 1000 euros par année d'ancienneté