Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Le quai EMR du polder à Brest à consolider suite à des déformations

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Le chantier a dû être partiellement interrompu cet été : le quai EMR (Energies Maritimes Renouvelables) en bout du polder dans le port de Brest s'est déformé, au-delà des seuils prévus. Il faut donc le consolider, ce qui va provoquer des délais supplémentaires, et potentiellement un surcoût.

La quai EMR (en bas à gauche) va devoir être renforcé
La quai EMR (en bas à gauche) va devoir être renforcé - Région Bretagne

Brest, France

C'est un investissement de 220 millions d'euros, pour accueillir de nouvelles entreprises et activités portuaires : le quai EMR (énergies maritimes renouvelables) du port de Brest, dont la structure métallique a été achevée fin 2018, va devoir subir quelques travaux

Une courbure plus importante que prévu

"En phase finale du chantier de ce quai, on s'aperçoit qu'il y a une déformation, non visible à l'oeil nu, mais au-delà des seuils validés au départ", indique Loïg Chesnais-Girard, président de la région Bretagne. Elle a été détectée durant l'été, ce qui a conduit à l'arrêt du chantier. Environ deux tiers du quai, qui mesure 400 mètres de long, sont concernés. "Il y a un phénomène de butée et de poussée supérieur à ce que prévoyait le modèle numérique du chantier, on repart donc sur de nouvelles données", précise Jean-Charles Torres, directeur de Vinci constructions maritimes, en charge du chantier. 

Derrière le quai, des couches de remblais ont été posées sur le fond de la rade pour permettre d'accueillir les activités de manutention et des charges allant jusqu'à 1.000 tonnes. Le quai s'étant légèrement déplacé, leur renforcement est donc nécessaire. "Sur des grands chantiers, on retrouve ce type d'aléas régulièrement", indique Jean-Charles Torres. 

Quels délais et coûts supplémentaires ?

Des études sont en cours pour définir les modalités de renforcement du quai. "On devrait pouvoir utiliser la _capacité du quai à plein au printemps 2021_, indique le président de la région Bretagne. Il y a un décalage par rapport à ce qui était prévu, à savoir mi-2020 mais le chantier du polder continue à avancer et les entreprises pourront s'y installer"

Les premières à arriver en 2020 comme Navantia ne pouvant utiliser le quai, la Chambre de Commerce et d'Industrie du Finistère veut anticiper pour leur proposer des solutions. "On a un port important et une multitude de quais, dont certains ont déjà servi pour des charges très lourdes, relativise son président Franck Bellion. On a des moyens de manutention et une proximité avec le polder qui, lui, est stabilisé".

Si le quai n'était pas réparé pour l'arrivée des premières entreprises, on a les moyens de les faire travailler dans des conditions optimales.

"Les chiffrages des surcoûts sont en cours", précise Loïg Chesnais-Girard, mais il reconnait que cela pourrait s'élever à plusieurs dizaines de millions d'euros. La Région Bretagne et le constructeur sont en train de discuter avec les assureurs de la prise en charge financière. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu