Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Le réacteur numéro un de la centrale du Tricastin redémarre après sa visite des 40 ans

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu Vaucluse

Après un arrêt de près de sept mois pour le grand carénage, le réacteur n°1 de la centrale nucléaire du Tricastin (Drôme) produit à nouveau de l'électricité ce lundi. Cela ne signifie pas qu'il est autorisé à fonctionner jusqu'à 50 ans. Cette décision-là prendra encore au moins deux ans.

La centrale nucléaire de Tricastin
La centrale nucléaire de Tricastin © Radio France - Stéphane Milhomme

Saint-Paul-Trois-Châteaux, France

Le réacteur nucléaire numéro un du Tricastin a été reconnecté au réseau électrique dans la nuit de dimanche à lundi. Pendant près de sept mois, il a été arrêté pour l'énorme chantier de la visite des 40 ans. C'est le premier réacteur du parc nucléaire français à avoir passé cette quatrième visite décennale. Les travaux ont représenté 80 chantiers différents et mobilisé 5 000 intervenants pour un montant estimé par EDF à 250 millions d'euros.

Une étape avant l'éventuelle prolongation d'activité jusqu'à 50 ans

Cet avis de redémarrage accordé par l'Autorité de sûreté nucléaire n'est que la première étape vers l'éventuelle autorisation de faire fonctionner le réacteur jusqu'à 50 ans. Ce processus-là va prendre au moins deux ans. L'ASN émettra un avis générique pour l'ensemble des réacteurs de 900 MW fin 2020. Il y aura ensuite une enquête publique en 2021. Sur la base du rapport de l'ASN transmis ensuite au ministère de la transition écologique, c'est l'Etat qui devra décider d'autoriser la poursuite de l'activité du réacteur jusqu'à 50 ans.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu