Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le redémarrage de la centrale du Tricastin encore repoussé

vendredi 17 novembre 2017 à 16:02 Par Florence Beaudet, France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu Vaucluse et France Bleu

Ce vendredi, EDF annonce un nouveau report du redémarrage des réacteurs de la centrale nucléaire du Tricastin arrêtés pour des travaux à la demande de l'Autorité de sûreté nucléaire. Initialement prévue début novembre, la reprise devrait s'échelonner entre le 4 et le 31 décembre.

L'instruction de l'Autorité de Sûreté nucléaire n'est pas terminée
L'instruction de l'Autorité de Sûreté nucléaire n'est pas terminée © Maxppp - Bruno Souillard

EDF s'est trop avancé en espérant une remise en route rapide de la centrale nucléaire du Tricastin. Les réacteurs ont été stoppés fin septembre à la demande du gendarme du nucléaire, l'ASN, le temps de faire les travaux de consolidation de la digue protégeant le site d'une inondation en cas de séisme hors norme. EDF espérait alors un redémarrage début novembre dès le chantier terminé.

Deuxième report du redémarrage

Le chantier est effectivement achevé depuis fin octobre. Mais le redémarrage ne se profile pas encore. EDF avait donné une première date au 27 novembre. Ce vendredi, selon les données publiées sur le site du gestionnaire du réseau d'électricité RTE, EDF annonce une remise en route échelonnée entre le 4 décembre (pour le réacteur n°2) et le 31 décembre (pour le réacteur n°1).

Selon EDF, le décalage est lié aux délais d'instruction de l'Autorité de sûreté nucléaire. Le dossier est bien en instruction mais selon l'ASN, "il n'y a pas de retard par rapport au calendrier prévu".