Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Le plan Alerte enlèvement déclenché après la disparition d'un enfant de 8 ans dans les Côtes-d'Armor
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

Le relance éco : le bouquiniste L'imaginaire, à Romans-sur-Isère, résiste grâce au concept Shop'in Romans

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Didier Coste n'a ouvert que trois semaines, à Romans-sur-Isère, dans la Drôme, avant de devoir fermer son tout nouveau magasin pour cause de confinement. Le dispositif Shop'in Romans lui permet de rester optimiste.

La boutique l'imaginaire avait ouvert trois semaines seulement avant le confinement.
La boutique l'imaginaire avait ouvert trois semaines seulement avant le confinement. - Didier Coste

Shop'in Romans est un dispositif mis en place dans la cité de Jacquemart, qui aide à la création de magasins et fait revivre le centre-ville où de nombreuses boutiques sont vides. Un porteur de projet présente son dossier à la municipalité. S'il est accepté, la mairie négocie le loyer avec le propriétaire des murs et sous-loue au tout jeune commerçant. Et ce à un loyer modéré. Didier Coste, qui a ouvert sa boutique en février, par exemple, paye 112 euros de loyer au lieu de 450. La mesure est valable six mois, renouvelable trois fois, donc deux ans au total. "Un magasin qui se crée, c'est un magasin fragile, la première année. Ça permet de se créer une clientèle, de lancer l'activité, sans trop de frais", explique le bouquiniste. 

Le confinement : un coup d'arrêt en plein élan

Didier Coste garde la tête hors de l'eau malgré les circonstances. Il a ouvert fin février et au bout de trois semaines : rideau. Le confinement l'oblige à fermer deux mois. "Sans rentrée d'argent, il faut tout de même payer les frais fixes", explique le bouquiniste. Les loyers modérés sont un véritable atout dans ces circonstances. D'autant plus que "pendant les deux mois de confinement, la municipalité a suspendus nos loyers".

Le confinement a été un coup dur pour le bouquiniste Didier Coste.
Le confinement a été un coup dur pour le bouquiniste Didier Coste. - Didier Coste

Quelles perspectives?

La première semaine du déconfinement s'est très bien passée ''les gens avaient envie de ressortir", puis l'activité s'est à nouveau ralentie. "Ça avait vraiment repris un rythme de croisière début juillet. Les gens avaient un peu oublié l'épidémie de coronavirus", raconte Didier Coste. "Jusqu'au 14 juillet, et au discours d'Emmanuel Macron, et les annonces sur le port du masque obligatoire. Ça a été un nouveau coup de frein".

Didier Coste, bouquiniste à Romans.

"On est tributaire du sentiment d'angoisse". Mais le bouquiniste reste optimiste : "Naturellement, les choses vont reprendre leur cours. Il faut être patient et faire le dos rond. Il faut attendre et voir, comme disent les Anglais, wait and see". La ville de Romans-sur-Isère lance un nouvel appel à projet pour un futur commerce rue Mathieu de la Drôme, via le dispositif Shop'in Romans.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess