Économie – Social

Le repassage solidaire mène à tout

Par Philippe Thomain, France Bleu Gard Lozère jeudi 1 décembre 2016 à 11:50

une cliente vient prendre livraison de son linge
une cliente vient prendre livraison de son linge © Radio France - Philippe Thomain

Des tables à repasser, des machines à coudre, des lave-linge... c'est le pressing "atouts faire" à Alès. Un pressing solidaire. Si ça ne change rien pour les clients, les employés sont des personnes au RSA aiguillées là par Pôle Emploi, un emploi "tremplin" avant le marché du travail.

Le pressing solidaire "atouts faire" est installé à Alès dans l'ancien immeuble Eminence. A l'intérieur, comme dans tous les pressings, des lave-linge, des tables à repasser et des machines à coudre. Mais ici, les employés ont un premier contrat de six mois, renouvelable une fois. Des personnes au RSA qui travaillent, qui se forment au travail en travaillant, c'est l'insertion par l'activité économique, un emploi passerelle comme le dit Nadia.

Nadia, une des femmes employées dans le pressing solidaire "atouts faire"

Ce pressing solidaire fonctionne sur fonds publics : Etat, département, commune mais pas seulement, des fonds privés soutiennent ce projet comme la fondation de la Caisse d'Epargne. Et ce pressing gagne aussi son propre argent car c'est un vrai pressing avec de vrais clients qui payent et c'est important pour les personnels en formation, il s'agit d'un véritable travail avec son exigence de qualité.

18 personnes en tout travaillent dans ce pressing - Maxppp
18 personnes en tout travaillent dans ce pressing © Maxppp - Philippe Thomain

Créé en 1992 par le Secours Populaire Français, ce pressing solidaire a été repris en 2007 par l'association "atouts faire". Deux conditions sont requises pour être employé dans ce pressing : être au RSA et avoir un projet professionnel. C'est au cours du premier contrat de six mois que le projet professionnel est précisé et des formations programmées.

Un premier contrat qui peut être renouvelé une fois et ensuite la personne qui ainsi a repris pied dans la vie sociale peut entreprendre les formations pour se confronter au marché du travail.

reportage au pressing solidaire "atouts faire" d'Alès

Partager sur :