Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Mise en service du nouveau réservoir d'eau de la Métropole de Nancy, l'équivalent de 10 piscines olympiques sous terre

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Après trois ans de travaux, le réservoir d'eau Richard Pouille à Vandœuvre-lès-Nancy est désormais en activité depuis juin. Il peut contenir près de 30 000 m³ d'eau potable, à disposition en cas d'avarie sur la métropole nancéienne.

Sous les pelouses du parc Richard Pouille, le nouveau réservoir d'eau.
Sous les pelouses du parc Richard Pouille, le nouveau réservoir d'eau. © Radio France - Guillemette Franquet

Nancy, France

Depuis le mois de juin, le réservoir d'eau à Vandœuvre-lès-Nancy, au parc Richard Pouille, dans l'agglomération de Nancy est plein : 30 000 m³ d'eau pompée dans la Moselle et filtrée. Après trois ans de travaux, le site géré par la Métropole nancéienne a pris son service. L'autonomie en eau du Grand Nancy est multiplié par quatre.

Les quatre cuves sont souterraines, situées sous le parc Richard Pouille. Impossible de deviner sous la pelouse jaune que l'équivalent en eau de dix piscines olympiques sont présentes en cas d'avarie géante. 

Un site sous haute surveillance

Sous le parc et les 60 nouvelles places de parking, le réservoir est sécurisé et protégé. Le site est classé "d'importance vitale" au titre de la défense nationale. Pour cette raison, rares sont ceux qui peuvent aller sous terre voir les cuves. 

Le risque terroriste existe, explique le chef du service études et travaux hydrauliques à la Métropole, Sébastien Fritz : "S'il y avait une pollution de l'eau, la distribution d'eau devrait être arrêtée dans l'agglomération en cas d'acte de malveillance. Il faut veiller à ce que rien ne puisse compromettre ce service."

Choix de la station

France Bleu