Économie – Social

Le RSA coûte t-il trop cher au conseil départemental de l'Ardèche ?

Par Julie Szmul, France Bleu Drôme-Ardèche mercredi 21 octobre 2015 à 5:00

argent
argent © Radio France - Jérôme LAITHIER

34 millions d'euros par an, pour un peu moins de 9 000 bénéficiaires... Alors que les dotations de l'État ne cessent de baisser. Face à ce constat, le groupe d'opposition Ardèche Avenir prédit une asphyxie financière rapide du département. Il propose plusieurs mesures pour éviter cela.

Le groupe d'opposition départemental Ardèche Avenir a établi une liste de propositions concrètes, pour pallier aux difficultés budgétaires que rencontre le département. Le RSA, le revenu de solidarité active coûte en effet chaque année 34 millions d'euros au conseil départemental, pour financer les allocations des quelques 9 000 bénéficiaires. Un budget qui augmente inexorablement depuis 2012, à hauteur de 3 millions d'euros par an. En parallèle, les dotations de l'État aux départements continuent de baisser : le résultat, c'est une asphyxie financière annoncée pour l'Ardèche.  

Gérer les conditions d'attribution du RSA au niveau départemental

Parmi les propositions du groupe Ardèche Avenir, le transfert des compétences d'attribution du RSA aux départements : puisque c'est lui qui paie, pourquoi ne pourrait-il pas décider de qui peut bénéficier du RSA, dans quelles conditions, et pour combien de temps ?

Marc-Antoine Quenette, président du groupe Ardèche Avenir au département.

Pour la majorité de gauche, cette proposition provoquerait forcément des inégalités territoriales.

Martine Finiels, conseillère départementale de la majorité en Ardèche.

Accentuer les contrôles

Le groupe souhaite également accentuer les contrôles auprès des bénéficiaires, afin de pallier aux fraudes.

Le RSA ce n'est pas un salaire de substitution, c'est une aide au retour à l'emploi !

-Marc-Antoine Quenette, président du groupe Ardèche Avenir

Alors il faudrait, par exemple, croiser les bases de donnés des caisses d'allocations familiales avec celles des mairies et de Pôle emploi. La droite demande également à ce que les bénéficiaires du RSA soient orientés en priorité vers des services civiques et du bénévolat dans des associations.

Une renationalisation du RSA ?

Le projet serait dans les tuyaux du gouvernement, mais rien n'est encore effectif. Si le RSA était renationalisé, voilà qui mettrait d'accord, en Ardèche en tout cas, la gauche et la droite. Ils sont du même avis sur le fait que le RSA coûte cher, trop cher au département. 

Le RSA dans la Drôme : 12 000 bénéficiaires, soit 4.7% de la population pour un budget annuel de 67 millions et demi d'euros par an.