Économie – Social

Le RSA : un poids pour les départements

Par Hélène Battini, France Bleu RCFM lundi 17 octobre 2016 à 10:13

Le conseil départemental de Haute-Corse
Le conseil départemental de Haute-Corse © Radio France - Hélène Battini

Le poids du RSA de plus en plus lourd à porter par les départements. La récente revalorisation du revenu de solidarité active, +2%, va en effet coûter cher aux collectivités, 420 000 euros de plus l'année prochaine en Haute-Corse, 380 000 euros en Corse du sud.

Même si l'état a décidé d'octroyer 200 millions d'euros de compensation aux départements Français, dont une quarantaine ont déjà annoncé qu'ils n'arriveraient pas à finir l'année, c'est une bien maigre consolation sur 8 milliards et demi d'aides individuelles de solidarité dépensés cette année. En Corse les deux départements, n'étant pas en situation critique, ils n'en bénéficient pas. En Haute-Corse, où le nombre de bénéficiaires est en constante augmentation depuis 5 ans, le département a dépensé près de 20 millions d'euros l'année dernière pour le RSA, ce qui correspond aux dotations de l'état en la matière. En Corse du sud, l'état a octroyé 12 millions d'euros cette année au département, qui en a d'ores et déjà dépensé 13,4 millions. Blanche Peretti, la directrice générale adjointe des solidarités et de la santé du département a fait ces comptes.

Blanche Peretti, directrice générale adjointe des solidarités et de la santé au département de Corse du Sud

En Haute-Corse, les 2% supplémentaires coûteront 35 000 euros par mois en plus au département. Et même si le budget RSA de 20 millions 864 000 euros est quasi équivalent aux dotations de l'état, la dépense sociale totale est de plus en plus difficile à gérer selon le président du conseil départemental François Orlandi.

François Orlandi, président du conseil départemental de Haute-Corse

En Haute-Corse le nombre de bénéficiaires du RSA, 5000 l'année dernière, n'a cessé d'augmenter depuis 5 ans, en grande partie à cause d'une forte propension à s'installer dans la durée dans ce dispositif. Pour la collectivité la récente revalorisation du revenu de solidarité active, +2%, représente une dépense mensuelle supplémentaire de 35 000 euros. Pourtant le département n'est pas considéré en grande difficulté, il ne bénéficie pas pour l'heure du fond de compensation de l'état. Une situation que François Orlandi a pu exposer au début du mois d’octobre à Poitiers, lors du congrès des départements français.

François Orlandi, président du conseil départemental de Haute-Corse

Partager sur :