Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

"Le RSI, cela a vraiment été une galère" dit une commerçante de Périgueux

mardi 5 septembre 2017 à 15:25 Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord

Le premier ministre Edouard Philippe a annoncé la fin du RSI, le régime social des indépendants et son alignement sur le régime général. Mais aussi des baisses de cotisations pour les artisans et indépendants. Une annonce plutôt bien accueillie chez les artisans de Périgueux, en Dordogne

Les artisans de Périgueux, très heureux de dire adieu au RSI
Les artisans de Périgueux, très heureux de dire adieu au RSI © Radio France - Antoine Balandra

Périgueux, France

C'était l'une des grandes promesses de campagne d'Emmanuel Macron. Le premier ministre Edouard Philippe a annoncé ce mardi le futur alignement du régime social des indépendants sur le régime général. Le RSI sera supprimé dès le premier janvier. Il y aura ensuite une phase transitoire de deux ans.

Edouard Philippe a aussi annoncé au passage une année blanche d'exonération des cotisations sociales pour la première année d'une entreprise créée par un indépendant ainsi qu'un coup de pouce de 200 millions d'euros via une baisse de cotisations supérieures à la hausse de la CSG.

Une baisse de 2.15 points sur les cotisations familles d'abord pour effacer l'effet de la hausse de la CSG et une baisse de 1.5 points ensuite pour obtenir un "gain de pouvoir d'achat" selon le premier ministre. Edouard Philippe, il était temps d'arrêter de "bricoler" pour corriger les failles d'un régime. Régime dénoncé par de nombreux artisans de Dordogne, et notamment de Périgueux

"Moi je ne vois pas pourquoi je cotise, parce que je sais pertinemment que je n'aurai rien, pour moi, c'est de l'argent que je jette" dit Jérémy Tillard, gérant d'un restaurant de burgers de Périgueux

Même opinion du côté de chez Yves, le boucher situé dans la halle du Coderc. "Quand les échéances arrivent, faut taper dans les économies, je me suis fait opéré du canal carpien, un mois d'arrêt, j'ai touché 60 euros, on paye, on ne sait pas pourquoi" dit l'artisan installé depuis plus de 50 ans.

Alors les artisans disent tous vouloir revenir au régime général : "Moi je suis entièrement d'accord, le RSI, ça a vraiment été une galère" dit Delphine Lelouault, coiffeuse à Périgueux. Mais elle reste circonspecte sur les modalités. Une baisse des cotisations promise par le gouvernement ? "Il faut de toute façon arrêter de taper sur les artisans, moi je m'estime heureuse, je me sors un salaire, juste 1000 euros, mais j'ai plein de collègues qui n'y arrivent plus" explique-t-elle. La commerçante ne croit pas une seconde en revanche à une baisse des cotisations. "Je ne crois plus au prince charmant" sourit la coiffeuse.

En revanche, l'annonce d'une année blanche de toute cotisation pour toute entreprise créée par un indépendant est très bien accueillie : "cela arrangerait bien, il y aurait sans doute plus d'installations, plus de concurrence" dit le boucher du Coderc à Périgueux. Le RSI est aujourd'hui le régime social de plus de 6 millions 600 mille Français.