Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Le secteur du bâtiment en Côte-d'Or retrouve le sourire après dix ans de crise

-
Par , France Bleu Bourgogne

Cela faisait dix ans que l'on n'avait pas vu ça dans le bâtiment. Jamais les carnets de commandes des entreprises du BTP n'ont été aussi remplis depuis une décennie, selon une étude de la Banque de France. En Côte-d'Or, on estime que ce regain d'activité pourrait durer deux à trois ans.

Les carnets de commandes dans le bâtiment sont au plus haut depuis décembre 2007 d'après la Banque de France.
Les carnets de commandes dans le bâtiment sont au plus haut depuis décembre 2007 d'après la Banque de France. © Maxppp - Luc Nobout

Bourgogne, France

Dans le froid de ce début de mois de décembre, Richard, un contremaître, enchaîne les mesures pour pouvoir agrandir une grande surface à Quetigny, en Bourgogne. "On n'arrête pas, confie-t-il entre deux arrivées de camions toupies. Le carnet de commande est à ras bord et ça fait vraiment plaisir. Rien à voir encore avec ce que nous avons connu il y a 10, 15 ans, mais tout de même. Je sais que nous avons du travail pour trois ans, facile." Selon une étude publiée, ce lundi, par la Banque de France, "les carnets de commandes sont à leur plus haut niveau depuis décembre 2007". De quoi redonner du sourire aux entreprises du secteur.

10.000 emplois perdus en huit ans en Bourgogne-Franche-Comté

Malgré ce sursaut d'activité, les professionnels du secteur restent très prudents. "Cela faisait longtemps que nous n'avions pas vu autant de grues et d'échafaudages à Dijon, se satisfait Valérie Bernard, la secrétaire générale de la fédération du Bâtiment en Côte-d'Or. Cependant, nous ne savons pas combien de temps cela durer. Un an, deux, peut-être trois, après c'est encore le flou."

Et le constat est à peu près le même partout dans le département. "Aujourd'hui, j'ai une quinzaine de chantiers en cours, détaille Marc Fleutolot, le directeur d'une petite entreprise de placo qui emploie sept personnes près de Dijon.C'est un moindre mal après ce que nous avons subi ces dix dernières années. J'ai été obligé de licencié. Là, nous constatons un frémissement, mais nous ne savons pas combien de temps cela va durer. J'aimerais de nouveau embaucher du personnel, mais pour cela, il me faut une vision à long terme."

La tendance est en effet au recrutement. Car entre 2008 et 2016, le bâtiment et ses 33 corps de métiers, ont perdu 10.000 emplois sur les 100.000 que comptait le secteur en Bourgogne-Franche-Comté. "Vous avez vu ce chiffre ! interpelle Bernard Laborey, le PDG d'une PME en Côte-d'Or. C'est impressionnant." Face aux recrudescences des chantiers, les entreprises ont besoin de main d'oeuvre d'urgence. La fédération du Bâtiment du département a même organisé ce mois-ci un "job dating" pour recruter. 500 offres d'emplois sont à pourvoir dans les jours qui viennent, et c'est déjà une petite victoire. 

Le Bâtiment attire de nouveau les jeunes

C'est une première depuis huit ans au CFA du bâtiment de Dijon. L'établissement accueille plus d'élèves qu'en 2016. 80 apprentis supplémentaires se sont inscrits par rapport à l'an dernier, soit une augmentation de près de 10%. "Toutes les semaines, tous les mois, je fais les comptes, explique Patrick Favier, le président de la structure en Côte-d'Or. C'est vrai qu'il y a une nette augmentation cette année. A quoi cela est dû ? Il y a plusieurs explications. La bonne forme du bâtiment y joue, c'est sûr. Mais cela est également du à la communication que les entreprises et les établissements font pour attirer de nouveaux jeunes. Et puis les familles et les enfants se disent qu'aujourd'hui, c'est le bon moment pour intégrer une formation, compte tenu de la croissance du bâtiment."

Les chiffres du CFA de Côte-d'Or sont excellents. Dans les six mois qui suivent la diplomation des élèves, 75% d'entre eux décrochent un emploi durable. "C'est peut-être notre meilleure publicité", se réjouit Patrick Favier. 

Le secteur du bâtiment pourrait continuer son embellie à la faveur des commandes publiques. "C'est une des raisons du regain de forme de nos entreprises, décrypte Valérie Bernard, de la fédération nationale du Bâtiment en Côte-d'Or. Nous avons beaucoup de commandes publiques, et nous ne pouvons que nous en satisfaire."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu