Économie – Social

Le Sertrid de Bourogne entrevoit le bout du tunnel

Par Thierry Campredon, France Bleu Belfort-Montbéliard mercredi 27 janvier 2016 à 10:44

L'Ecopôle de Bourogne
L'Ecopôle de Bourogne © Maxppp

Empêtré dans ses emprunts toxiques, le Sertrid, le centre de gestion des déchets de l'agglomération de Belfort, s'est réuni hier soir en comité syndical à l'Ecopôle de Bourogne, un accord est en passe d’être trouvé pour éponger ses dettes

Après avoir menacé de déposer le bilan l’an dernier en raison de l’impossibilité de rembourser sa dette due à des emprunts toxiques, ces prêts à taux variables qui avait été contractés notamment auprès de l'ancienne banque des collectivités Dexia, l’horizon s’éclairci pour le Sertrid. Lors d’une réunion du comité syndical mardi soir, les élus ont autorisé le président de signer un protocole d’accord transactionnel avec Dexia Crédit Local : "on arrive au bout de cet épisode très compliqué" souffle Olivier Deroy le président du Sertrid, "sur le dernier prêt toxique, le comité syndical m’a autorisé à l’unanimité à signer ce protocole d’accord avec Dexia Crédit Local pour passer en taux fixe, et les détails de cet accord seront rendus publics prochainement".

A la recherche de nouveaux partenaires

Si cet accord est donc une bonne nouvelle car il va pouvoir sécuriser les prêts, en revanche la courbe de l’amortissement de la charge financière sera croissante jusqu’en 2029, il va donc falloir trouver des solutions notamment sur les recettes. Et pour cela, l’Ecopôle, l’usine d’incinération de Bourogne doit tourner à plein régime, pour y parvenir il faut trouver d’autres partenaires : "la recherche de nouveaux partenaires et plus que jamais d’actualité" insiste Olivier Deroy, "actuellement les trois communautés d’agglomérations avec qui nous travaillons ne représentent que 50% de la capacité totale de l’usine donc nous devons être de bon VRP pour trouver de nouveaux clients, et dans ce domaine nous comptons sur la compétences déchets du futur pôle métropolitain qui pourrait nous aider".

Des nouvelles rassurantes au niveau de l’emploi

Même si le contexte économique est compliqué, Olivier Deroy se veut rassurant en matière d’emploi : "les choses progressent dans le bon sens en matière de dialogue social, c’est déjà un très bon point, on va également constituer une sixième équipe avec le recrutement de deux postes pour la maintenance électrique, et on a décidé d’embaucher un contrat d’accès à l’emploi qui débutera le 1er février".