Économie – Social

Le service transfrontalier de Pôle Emploi au secours des chômeurs du Grand Est

Par Romane Porcon, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass vendredi 30 septembre 2016 à 20:31

Grâce au service transfrontalier, créé par Pôle emploi et l'Agence allemande de l'emploi en 2013, les demandeurs d'emplois peuvent trouver du travail en Belgique, au Luxembourg, en Suisse, en Allemagne et en France.
Grâce au service transfrontalier, créé par Pôle emploi et l'Agence allemande de l'emploi en 2013, les demandeurs d'emplois peuvent trouver du travail en Belgique, au Luxembourg, en Suisse, en Allemagne et en France. © Radio France - Romane Porcon

Sur les 6000 demandeurs d'emplois accompagnés depuis 2013 par le service de placement transfrontalier franco-allemand, plus de la moitié ont retrouvé du travail. Les demandeurs d'emplois français ont la possibilité de travailler en Allemagne, en Suisse, au Luxembourg et en Belgique et inversement.

Le service de placement transfrontalier créé par Pôle emploi et l'Agence allemande pour l'emploi en 2013 est une réussite. Sur les 6000 demandeurs d'emplois accompagnés, plus de la moitié ont retrouvé du travail. Ce service propose aux demandeurs d'emplois français des offres en Allemagne, en Suisse, au Luxembourg, en Belgique et inversement.

46 000 transfrontaliers travaillent en Allemagne

Ils sont aujourd'hui 46 000 transfrontaliers à travailler chez nos voisins allemands. Les demandeurs d'emplois de la région ont un avantage pour Michele Lailler Beaulieu, directrice régionale Pole Emploi Grand Est : être proche de la culture et de la langue allemande.

D'autant que notre région tout comme l'Allemagne, est marquée par la tradition industrielle : "Dans les métiers recherchés par les entreprises allemandes et les compétences que nous avons en France, on voit bien qu'on est sur des qualifications qui se retrouvent."

26 conseillers sont présents dans toute la région pour accompagner les demandeurs d'emplois dans leurs démarches (rédaction de curriculum vitae, traduction).

Le parc de loisir allemand, Europapark compte justement 30 % de français parmi ses salariés. Un plus pour l'entreprise d'après Birgit Bachimont, directrice des ressources humaines : "Il nous faut des français, et surtout on aime bien travailler avec les alsaciens. Parce que les clients français aiment être servis dans leur langue alors c'est un service spécial qu'on peut donner aux clients."

Pour encourager les transfrontaliers à venir travailler en Allemagne dans leur parc de loisir, Europapark organise justement des cours d'allemand en interne.