Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le sort de l'usine Steva de Bessines en Haute-Vienne se joue ce mardi devant le tribunal de Lyon

lundi 4 juin 2018 à 17:28 Par Françoise Ravanne, France Bleu Limousin

Au terme de 2 mois de période d'observation le tribunal de commerce de Lyon va statuer ce mardi sur l'avenir de l'usine Steva qui emploie 115 salariés au nord de la Haute-Vienne. Mais Steva a des arguments solides à faire valoir assure avec une relative confiance le leader de force ouvrière.

Les 115 salariés de Steva dans l'attente de la décision du tribunal de commerce (photo illustration)
Les 115 salariés de Steva dans l'attente de la décision du tribunal de commerce (photo illustration) © Radio France - Françoise Ravanne

Bessines-sur-Gartempe, France

Ce que veulent obtenir avant tout les salariés de Steva c'est une période de six mois d'observation supplémentaire et ils espèrent que le tribunal de commerce de Lyon ira dans leur sens. L'entreprise de Bessines-sur-Gartempe qui travaille notamment pour le secteur de l'automobile avait été placée en redressement judiciaire le 5 avril dernier.

Des arguments pour défendre l'avenir de Steva

"Il n'y a jamais eu autant de travail, preuve que la confiance est toujours là" explique le délégué Force ouvrière Bruno Grimaux. "_Nous produisons actuellement des containers pour la grande distribution, et les carnets de commande sont bien remplis, le chiffre d'affaire devrait dépasser ce mois ci les 1, 5 millions d'euros"_ajoute t-il . Et visiblement ces dernières semaines tout a été fait pour montrer que Steva a les moyens de rebondir. Avec l'aide de la Région notamment un document destiné à séduire de nouveaux clients dans l'aéronautique a été réalisé. Un data-room, ce dossier numérique qui réunit toutes les données économiques d'une entreprise en quête d'investisseurs aurait aussi été consulté par plusieurs groupes industriels, ce qui montre un certain intérêt pour Steva explique encore le leader FO de l'entreprise.

Nous sommes inquiets mais il n'y a pas de haine", le délégué FO de Steva

Mais ces arguments vont t-ils suffire à convaincre le tribunal de commerce de Lyon ? L'entreprise Steva reste endettée et les fournisseurs ne sont pas payés. Les salariés ne veulent pas croire à la liquidation même s'ils sont inquiets, mais ils ont le soutien des collectivités affirme Bruno Grimaux "Tout le monde est derrière nous , les pouvoirs publics ne veulent pas d'un nouveau GM&S dans le nord du Limousin" et c'est pour cela que "même si nous sommes inquiets il n'y a pas de haine". D'ailleurs pour les représentants syndicaux, l'avenir de Steva ne s’arrêtera pas à la décision du tribunal de Lyon puisqu'ils seront reçus mercredi à Bercy par le délégué interministériel à la réindustrialisation.