Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le stade de la Source est-il trop petit pour l'USO ?

lundi 26 novembre 2018 à 5:31 Par François Guéroult, France Bleu Orléans

En football, le prochain Orléans-PSG en Coupe de la Ligue va créer pas mal de frustration pour le public car le stade de la Source est limité à 7 500 places. Faut-il pour autant en déduire que cette capacité est trop faible pour les besoins du club à court et moyen terme ? Pas si sûr.

La saison passée, l'affluence moyenne au stade de la Source s'est élevée à 3 997 spectateurs.
La saison passée, l'affluence moyenne au stade de la Source s'est élevée à 3 997 spectateurs. © Radio France - François Guéroult

Orléans

Orléans-PSG : c'est l'affiche des prochains 8èmes de finale de la Coupe de la Ligue, mardi 18 décembre (21h). Avec déjà une certitude : il y aura bon nombre de frustrés parmi les habitants de la métropole orléanaise, car toutes les demandes de places ne pourront être satisfaites. La faute à la capacité du stade de la Source, limitée à 7 518 places. Il serait tentant d'en déduire que cette capacité pose problème, mais la question est plus complexe.

"Mieux vaut un stade une fois trop petit que toute l'année trop grand"

Pour y voir clair, commençons par quelques chiffres. Avec 7 518 places donc, le stade de la Source est le plus petit des stades cette année en Ligue 2, à l'exception du stade Ange Casanova où évolue le Gazélec Ajaccio (8 000 places théoriques mais ramené à 4 000 pour des raisons de sécurité). Le plus petit stade, et de loin : cette saison, la capacité moyenne des stades s'élève à 18 000 places. 

Mais l'autre donnée à prendre en compte, c'est la fréquentation. L'an passé, il y a eu en moyenne 4 000 spectateurs aux matchs de l'USO à la Source. Pas si éloigné, finalement, de la moyenne observée en Ligue 2 qui s'est élevée à 6 440 spectateurs, soit un taux de remplissage de 46%. Conclusion : pour Jérémy Moulard, chargé de développement au Centre technique Bretagne Henri-Guérin, et qui vient d'écrire une thèse sur l'économie des stades en France, la version actuelle du stade de la Source est peut-être la bonne formule en Ligue 2 ! "Je pense qu'il n'y a pas de "capacité idéale", explique Jérémy Moulard, ou plutôt : il y a autant de capacité idéale qu'il y a de clubs - cela dépend des besoins et des écosystèmes locaux. Clairement, il vaut mieux qu'un stade soit une fois trop petit comme dans un match contre le PSG que toute l'année trop grand, comme c'est le cas, notamment, du Havre en Ligue 2. Au vu de l'historique du club d'Orléans, on peut vraiment se poser la question de savoir si un stade de 6 000 places n'est pas, après tout, la bonne formule."  Le record dans la configuration actuelle du stade de la Source, c'est 7 372 spectateurs lors du barrage retour contre le Paris FC le 28 mai 2017.

Pas de capacité minimale exigée en Ligue 1

Mais on objectera que ce qui est vrai pour la Ligue 2 ne l'est pas forcément pour la Ligue 1 et que la situation actuelle peut être un handicap pour le développement de l'USO. C'est d'ailleurs ce qu'affirme Tahar Ben Chaabane, candidat centriste aux élections municipales :

Tahar Ben Chaabane propose donc la construction d'un nouveau stade de 12 000 places, en écrivant que c'est "la jauge minimale requise pour jouer en Ligue 1". En fait, il se trompe : aucune capacité minimale n'est exigée pour évoluer en Ligue 1 ! Seules les conditions d'éclairage, les dimensions de la tribune de presse, et les exigences en matière de sécurité imposées par la préfecture pourraient être à revoir en cas de montée de l'USO en Ligue 1... Ce qui existe bien en revanche, ce sont des "recommandations" de la Ligue professionnelle de football, établies par la Commission des stades de la LFP : 12 000 places en Ligue 2, et 20 000 places en Ligue 1 (25 000 même pour la taille d'une métropole comme Orléans). Mais attention, insiste Jérémy Moulard : en respectant ces recommandations qui ne sont pas donc obligatoires, certains clubs de Ligue 1 se sont mis dans le rouge... "Qui dit capacité plus grande, dit augmentation des coûts : le loyer, l'électricité, l'eau, le chauffage, la sécurité... Et ça, l'ensemble de mes recherches montre que ça n'a pas été forcément anticipé  : ces charges n'ont pas été suffisamment calculées et s'avèrent finalement un poids pour le développement économique des clubs", conclut Jérémy Moulard. Tout simplement car cette hausse des charges n'a pas suffisamment été compensée par une hausse de la fréquentation. La saison passée, on a compté en moyenne 22 600 spectateurs en Ligue 1, soit un taux de remplissage de 71% - et encore, en comptant les gros clubs... A titre d'exemple, Amiens, pour la première saison en Ligue 1 de son histoire, n'a affiché que 9 600 spectateurs de moyenne. Interview de Jérémy Moulard disponible ici :

"Il n'y a autant de capacité idéale de stade qu'il y a de club" - Jérémy Moulard

"Ce n'est pas la priorité du moment", indique le club

Du côté du club lui-même, on tient, pour l'instant, le même raisonnement. "En championnat, on est très loin actuellement de remplir le stade  de la Source, observe Philippe Boutron, le président de l'USO football. Charge à nous d'offrir du spectacle et de donner envie aux gens de venir au stade, et puis le moment venu on verra s'il faut augmenter la capacité, mais pour l'instant, elle nous convient parfaitement." Et Philippe Boutron d'enfoncer le clou : "Ce n'est pas du tout notre priorité. La priorité, encore une fois, c'est de se maintenir et de former de jeunes pousses pour intégrer l'équipe première." Le centre de formation de l'USO, actuellement en cours de construction, doit accueillir sa première promotion en juillet 2019. Interview de Philippe Boutron à écouter ci-dessous :

"Il ne faut pas que le match contre le PSG nous tourne la tête" - Philippe Boutron

Reste une question : qu'en pense la ville d'Orléans, propriétaire du stade de la Source ? Le maire Olivier Carré n'a pas souhaité répondre, de même que son adjoint aux Sports Soufiane Sankhon qui refuse de s'exprimer sur France Bleu Orléans depuis que nous avons révélé que la Région Centre Val-de-Loire avait lancé un audit sur le CFA des métiers du sport que préside l'élu orléanais.