Société

A Toulouse, des associations rappellent que l'incivilité peut coûter 135 euros d'amende !

Par Lola Fourmy, France Bleu Toulouse lundi 21 septembre 2015 à 19:05 Mis à jour le mardi 22 septembre 2015 à 9:58

Les membres de l'association 2 pieds-2 roues en opération à Toulouse
Les membres de l'association 2 pieds-2 roues en opération à Toulouse © Radio France - Lola Fourmy

Depuis le mois de juillet, se garer sur un trottoir, un passage piéton, une piste cyclable ou une place handicapée vous coûte 135 euros, contre 35 auparavant. Une volonté du gouvernement d'en finir avec les incivilités, dangereuses pour tous. A Toulouse, piqûre de rappel par des associations.

Place du Fer à Cheval à Toulouse ce lundi, cinq voitures sont garées sur le trottoir. Leurs pare-brises sont recouverts d’une affiche : 135 euros. C’est désormais le montant d’une amende pour stationnement très gênant, comprendre les places handicapées, les trottoirs ou encore les pistes cyclables. Jusqu’en juillet, la contravention s’élevait à 35 euros, mais le gouvernement veut en finir avec ces comportements dangereux. Ces affiches, ce sont les membres de l’association 2 pieds – 2 roues qui les ont collées (avec du produit lave vitre bio !) car ils estiment que le message n’est pas encore assez bien passé.

Florian vice-président de l'association 2 pieds 2 roues

"Quand les voitures se garent sur les trottoirs, à pied ou en vélo on doit marcher sur la route, c’est très dangereux !" 

— Florian, Vice-président de l'association 2 pieds 2 roues 

Les stationnements très gênants : un fléau pour tous les piétons

L’Association des Paralysés de France (APF), s’est joint à cette mobilisation car les personnes à mobilité réduite sont aussi touchées par ces comportements. D’ailleurs ils ont d’autres problèmes d’accessibilité : seulement 60% des bâtiments ouverts au public sont accessibles à tous. Pourtant la loi pour le handicap date de 2005, elle laissait un délai de dix ans pour tout mettre aux normes, délai dépassé. L'Etat a accordé un nouveau sursis, jusqu'à 9 ans pour se mettre en conformité. Inacceptable pour l'APF.

En Haute-Garonne, toutes les communes auraient dû mettre en place un Plan pour l'accessibilité de la voirie et des aménagements des espaces publics (PAVE). Pourtant dix ans plus tard, seulement onze communes sur les 45 sondées par l'Association des Paralysés de France l’ont fait.

Problème : l’aménagement urbain ne concerne pas que les personnes handicapées; les personnes âgées, ceux qui manient des poussettes, des porteurs de béquilles, de lourds bagages… _"L_’aménagement des infrastructures et des transports concernent tout le monde."

D’après le classement de l’APF, Toulouse et Blagnac sont les meilleurs élèves, notamment en termes de transports. Le reportage de Lola Fourmy.

Florian vice-président de l'association 2 pieds 2 roues

Dernier gros chantier pour le réseau de transports en commun Tisseo, mettre aux normes tous les arrêts de bus, d'ici 2018.

A REECOUTER - L'invité de la rédaction ce mardi 22 septembre : Odile Maurin, représentante de l'Association des Paralysés de France (APF) en Haute-Garonne.

Dès qu'on s'éloigne du centre-ville dans les quartiers, la mobilité devient difficile pour les gens en fauteuil. Dans le métro, une panne d'ascenseur suffit à compliquer le quotidien.

Odile Maurin, déléguée Haute-Garonne de l'APF