Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le succès de la vente usine des cosmétiques Pier Augé est indispensable pour l'avenir de l'entreprise

jeudi 6 décembre 2018 à 18:40 Par Aurore Richard, France Bleu Berry

Une vente usine des crèmes et parfums Pier Augé se déroule au Poinçonnet depuis ce jeudi 6 décembre et jusqu'à ce samedi 8 décembre. L'entreprise créée il y a plus de 50 ans dans le Berry ne doit pas manquer cette vente.

Lingerie et prêt-à-porter seront aussi présents sur cette vente usine organisée sur trois jours.
Lingerie et prêt-à-porter seront aussi présents sur cette vente usine organisée sur trois jours. © Radio France - Aurore Richard

Châteauroux, France

Les cosmétiques Pier Augé organisent une vente d'usine depuis ce jeudi 6 décembre et jusqu'à ce samedi 8 décembre, à l'impasse des Sablons, au Poinçonnet. Plus de 40.000 crèmes, eaux parfumées et démaquillants. Une vente très importante parce que les fonds récoltés doivent permettre à l'entreprise de continuer à vivre.

Dans l'espace showroom, toute la gamme est 30% moins chère et dans l'espace de second choix, c'est encore plus intéressant pour les clients. "On vend les fins de série, les tubes de crème mal soudés mais dans lesquels le produit est impeccable. On a des réductions de 70 à 80% et donc, on a énormément de choses entre 10 et 15 €", selon Christine Vallin, la présidente de Pier Augé.

On est toujours sur le fil du rasoir", Christine Vallin, présidente de l'entreprise

Il faut que cette vente soit rentable, il en va de l'avenir de l'entreprise. "Si on ne fait pas le chiffre d'affaire que l'on s'est fixé, c'est-à-dire si on n'arrive pas à payer notre échéance de plan sauvegarde avec, cela va être compliqué", reconnaît la présidente. Les salariés sont tous au courant de la situation financière de l'entreprise et donc, de l'enjeu de cette vente. 

Sur les produits de second choix, les réductions vont jusqu'à - 80%.  - Radio France
Sur les produits de second choix, les réductions vont jusqu'à - 80%. © Radio France - Aurore Richard

Pour cette marque castelroussine, c'est de plus en plus compliqué d'être compétitive. "J'ai pris la décision de continuer à produire en France donc mes prix de revient sont français, parce que mes salaires sont français, mes matières premières sont achetées en France. L'entreprise n'allait pas très bien quand on l'a reprise et on est toujours sur le fil du rasoir", estime Christine Vallin. 

Un marché asiatique très important

En travaillant à l'international, et ce sont près de 70% des produits qui vont à l'étranger, cela veut dire qu'il y a beaucoup de concurrence et surtout, qu'il faut s'adapter à chaque pays. C'est le cas pour la Chine. Les notices avaient par exemple été supprimées en France mais elles ont dû être remises en Chine parce qu'un consommateur chinois qui reçoit un produit sans notice pense que c'est un produit contrefait. 

Cela n'empêche pas Christine Vallin de vouloir continuer à se développer à l'international. Les cosmétiques sont désormais distribués dans les avions de Royal Air Maroc et peut-être bientôt sur d'autres compagnies aériennes.