Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le tarif réglementé du gaz pourrait augmenter de 6,5 % au 1er juillet

lundi 11 juin 2018 à 10:19 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

Le tarif réglementé du gaz pourrait augmenter de 6,5% à partir du premier juillet prochain. C'est en tout cas ce que préconise la commission de régulation de l'énergie ce lundi. Si le gouvernement suit cet avis, la facture d'un client qui se chauffe au gaz augmenterait donc de 6,5%.

Le tarif du gaz devrait augmenter le premier juillet.
Le tarif du gaz devrait augmenter le premier juillet. © Maxppp - Jean Francois FREY

Le tarif réglementé du gaz pourrait augmenter de 6,5% à partir du 1er juillet si le gouvernement suit les recommandations de l'analyse annuelle sur les coûts du gaz, publiée ce lundi par la commission de régulation de l'énergie, la CRE.

Les coûts d’approvisionnement en forte augmentation 

"Au regard des coûts d'approvisionnement, des coûts d'infrastructures et aussi des coûts commerciaux, il pourrait y avoir une augmentation de 6,5% du prix du gaz", a indiqué à l'Agence France presse une porte-parole de la CRE. Dans le détail, les coûts d'approvisionnement devraient augmenter de 3%, les coûts des infrastructures de 2,5% et les coûts commerciaux de 2,6%. Au total, cette évolution correspondrait à une hausse de 6,5% sur la facture TTC d'un client qui se chauffe au gaz.

Le gouvernement pourrait décider d'une augmentation un peu moins forte

L'avis de la CRE doit désormais faire l'objet d'un arrêté ministériel pour entrer en vigueur. "Le gouvernement a quand même une marge de manœuvre" sur les coûts commerciaux, précise la porte-parole de la CRE. Les coûts d'approvisionnement évoluent eux, selon les prix du marché.

Les tarifs réglementés, bientôt du passé 

Les tarifs réglementés du gaz sont amenés à prochainement disparaître en France. En juillet 2017, le Conseil d'Etat a jugé les tarifs réglementés contraires au droit européen, imposant donc à l'Etat de les supprimer. Le gouvernement envisage une fin progressive, avec leur extinction à l'horizon 2023 pour tous les particuliers.