Économie – Social

Le temps de travail rediscuté dans les centres financiers de La Poste

Par Anne Oger, France Bleu Orléans mardi 30 août 2016 à 17:06

Des négociations dans les 21 centres financiers de la Poste
Des négociations dans les 21 centres financiers de la Poste © Maxppp - Julio Pelaez

Des négociations sur le temps de travail des agents dans les centres financiers de la Poste vont débuter le 5 septembre. Premier round aux Chèques Postaux de la Source, à Orléans, où travaillent environ 1100 personnes. Certains syndicats craignent la perte de jours de repos

Les négociations qui vont commencer s'appuient sur un texte général, un accord signé fin 2015, baptisé "l'avenir des métiers bancaires". Seuls la CGT et Sud n'ont pas signé cet accord à l'époque, à cause justement du chapitre 7 consacré aux conditions de travail des agents, dans les centres financiers de la Banque Postale, et notamment l'organisation de leur temps de travail. De gros changements sont en préparation, et c'est ce qui inquiète Odile Thomas, secrétaire de la section CGT aux Chèques Postaux de la Source. "Clairement, nous allons être les cobayes de la loi Travail, pour coller, nous dit-on, aux besoins des clients" dit la syndicaliste.

L'accord prévoit des discussions entre le salarié et son chef de service, c'est la porte ouverte à des situations individuelles contestables, et aucune protection des agents, mais ça c'est l'esprit de la loi Travail

Première inquiétude, la durée des semaines de travail... Officiellement cela reste 35 heures, dans cet accord, mais il prévoit clairement des semaines à 39 heures, voire au maximum 43 heures. Un samedi travaillé sur trois, au maximum, deux jours de repos par semaine, évidemment, mais le texte ne précise pas clairement s'ils seront obligatoirement consécutifs. "Ce qui nous préoccupe, et c'est l'esprit de la loi Travail, c'est surtout qu'il y a un cadre général très large, et que pour le reste, c'est bien précisé dans l'accord, le nombre d'heure, les jours de repos, tout cela sera discuté entre l'agent et son manager. Certains syndicats, comme Sud, craignent même la perte de jours de RTT, à terme, pour les agents. Ces négociations rappellent l'accord signé la semaine dernière chez Bouygues Telecom, qui prévoit que les salariés volontaires acceptent de perdre des jours de repos en échange d'une légère augmentation de salaire.

Pas de compensation financière envisagée pour le moment dans l'accord

Mais à la Poste, si le texte est assez clair sur le cadre envisagé pour ces négociations, qui commencent lundi aux Chèques Postaux de la Source, sous la forme de discussions bilatérales  entre direction et syndicats, la question des compensations financières n'est pas du tout évoquée. "Ca n'est pas mentionné. Donc on peut très bien imaginer de faire travailler les agents 43 heures sur 4 semaines, et puis de proposer des compensations en temps sur les semaines suivantes. Mais pour nous à la CGT, de toute façon, cette question financière n'est pas une priorité. Ce qui compte c'est l'emploi, et c'est ce qui nous préoccupe", confie Odile Thomas. "Depuis 2013, la Banque Postale a supprimé plus de 2400 emplois dans ses centres financiers, aux Chèques Postaux de la Source, on en perd une centaine par an". Cet accord ne vient rien régler, aux yeux du syndicat. Qui s'inquiète dans ce contexte du projet de déménagement lancé par la Poste. Le bâtiment actuel, trop coûteux à réhabiliter, sera abandonné d'ici 2019, les salariés répartis sur deux sites. "Mais serons-nous encore assez nombreux dans trois ans, pour que cela ait un sens de nous installer ailleurs, c'est la grande question" confie Odile Thomas.

Partager sur :