Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Le temps n'est plus du tout à la fête", avec le reconfinement, les viticulteurs de Moselle à la peine

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Les viticulteurs voient leurs ventes s'effondrer. La crise sanitaire les heurte de plein fouet, le secteur souffre de la fermeture des restaurants et des clients qui ne se déplacent plus.

Les viticulteurs mosellans voient leur chiffre d'affaires réduit à peau de chagrin
Les viticulteurs mosellans voient leur chiffre d'affaires réduit à peau de chagrin © Radio France - Xavier Louvel

Le coronavirus et ses conséquences sur l'économie des producteurs locaux. Avec les salons spécialisés annulés, les marchés de Noel eux-aussi annulés, les restaurants, les bars fermés, la filière viticole tire la langue.   

Le deuxième confinement est plus dur que le premier 

Norbert Molozay est gérant du Chateau de Vaux, et président des viticulteurs de Moselle, son activité s'est effondrée,"on est à moins 75% de chiffres d'affaires sur le mois de novembre", se désole-t-il. 

Selon le viticulteur, le trou dans la trésorerie est bien plus important que lors du premier confinement. Les clients ne sont, cette fois-ci, plus au rendez-vous "au printemps dernier, les gens ont eu très peur, puis comme le confinement a duré, ils ont voulu se faire plaisir en s'achetant des bouteilles, là c'est totalement différent" analyse-t-il. 

Le temps n'est plus à la fête

La période hivernale est pourtant propice aux affaires, les fêtes de Noël sont pour les viticulteurs la période la plus faste de l'année. Comme dans de nombreux secteurs, l'année 2020 sera une exception à la règle. "Ce n'est même plus que les gens ont peur de l'épidémie. Ils en ont marre tout simplement. Ils n'ont même plus le goût à boire", souffle Norbert Molozay. 

Certains domaines risquent de fermer

Selon Norbert Molozay, son établissement n'est pas le seul à subir de plein fouet les effets de la crise sanitaire, "toute la filière est à la peine", affirme-t-il. "Tout est soit annulé, soit fermé", explique-t-il. Les plus touchés sont ceux "qui n'ont qu'un segment d'activité, comme la restauration et les traiteurs" détaille le professionnel du secteur. "Pour ceux-là, les pertes grimpent jusqu'à 95%, comment vont-ils se relever ?" se demande-t-il. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess