Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le tourisme de ville en hausse ce été en Nouvelle-Aquitaine, notamment à Limoges

mercredi 30 août 2017 à 11:15 Par Fabienne Joigneault, France Bleu Limousin

Comme Bordeaux ou Biarritz, Limoges a profité d'une hausse de fréquentation cette saison, qui n'est pas seulement liée aux périodes pluvieuses, mais aussi à une tendance de fond et au dynamisme de l'aéroport, selon le directeur régional du tourisme. Michel Durrieu était notre invité ce mercredi.

La rue de la Boucherie, un incontournable dans la visite de Limoges
La rue de la Boucherie, un incontournable dans la visite de Limoges © Radio France - Fabienne Joigneault

Limoges, France

L'été 2017 a été contrasté en Limousin, avec des périodes de forte chaleur, comme ces derniers jours, et d'autres très arrosées. Quel impact sur le tourisme ? Michel Durrieu, tout nouveau directeur général du comité du tourisme de Nouvelle-Aquitaine était l'invité de France Bleu Limousin à 8h15 ce mercredi. Il répondait à Françoise Pain.

69% des professionnels se disent plutôt satisfaits pour juillet-août. Surprise : ce n'est pas la mer ou le tourisme vert qui boostent les chiffres, mais le tourisme urbain. C'est vrai à Bordeaux et aussi à Limoges.

Effectivement. Le tourisme du littoral a aussi marché, mais le tourisme urbain a eu une croissance très forte. Et certaines villes comme Bordeaux, Limoges, Pau, Biarritz ont très fortement augmenté. Et Limoges fait partie du haut du tableau !

Et comment expliquez-vous cette attractivité de la ville ?

Alors, c'est d'abord un mode de tourisme qui est en train de se redévelopper. C'est des séjours plus courts, où les gens viennent plus fréquemment et dépensent un tout petit peu plus. Et Limoges, finalement, sur des séjours courts, devient une destination intéressante. Bon, il ne faut pas se cacher que les quelques jours de mauvais temps de fin juillet-début août ont aussi poussé les gens à faire plus de tourisme urbain.

Ce sont les hôtels qui en ont profité ?

Les hôtels bien sûr en ont profité, le tourisme locatif aussi. Et tous les types d'hébergement ont tiré leur épingle du jeu sur cet été. Que ce soit dans le tourisme littoral, urbain ou intérieur.

Est-ce que quand même les campings n'ont pas pâti d'une météo un peu capricieuse ?

Les campings ont un petit peu souffert fin juiillet-début août, mais finalement le mois d'août s'avère beaucoup plus positif et sur l'arrière-saison, les réservations sont assez intéressantes.

Il faut une arrière-saison intéressante, parce que globalement, le bilan en Limousin comme en Nouvelle-Aquitaine, le bilan est un peu inférieur à celui de 2016...

L'année 2016 avait été une très bonne année, donc l'objectif était d'arriver à refaire autant, et ça c'est pratiquement acquis. Maintenant, dépasser la saison 2016, ça passe par de bonnes conditions climatiques sur l'arrière-saison.

Je reviens sur les facteurs qui ont fait qu'il y a eu plus de touristes, la bonne connectivité aérienne est un point important, et l'aéroport de Limoges est en augmentation de 11% depuis le début de l'année, ce qui est une progression significative.

Alors c'est dû notamment aux vols pour l'Angleterre...

Oui, mais là aussi on voit l'importance de bien connecter notre territoire, et les touristes cherchent des destinations avec des vols directs. Il y a une forte progression sur l'ensemble de la Nouvelle-Aquitaine, mais on voit bien que l'aéroport de Limoges a réussi à être attractif, c'est important.

Cela veut dire aussi qu'on peut compter sur une clientèle étrangère ?

C'est un point sur lequel il faut compter de plus en plus. La clientèle étrangère, c'est celle qui aura le plus de croissance, et c'est le touriste qui viendra de loin qui nous amènera le plus de valeur. Ce qui nous obligera à évoluer en qualité et en capacité d'accueil.

Vous venez de prendre vos fonctions comme directeur général du tourisme en Nouvelle-Aquitaine. Vous assuriez auparavant la promotion du tourisme français à l'étranger. Est-ce que vous pensez que le Limousin peut faire le poids dans ce domaine, face au Périgord ou à la côte basque ?

Je ne mets pas les destinations face à face. Elles sont toutes complémentaires. Il y a des touristes qui recherchent des expériences complémentaires. Il y a une expérience qui a été créée par les équipes du comité régional du tourisme sur le site de Limoges qui est Terra Aventura avec une application tout à fait interactive qui permet aux touristes de rechercher des trésors en découvrant la région de l'intérieur : cette année, cette activité a augmenté de plus de 91% ! Et les autres départements de la région sont en train de la mettre en place. Donc le tourisme du savoir-faire, l'éco-tourisme, le tourisme urbain sur le Limousin sont stratégiques. Et on se rend compte aussi que des touristes du nord de l'Europe qui avaient l'habitude d'aller sur le littoral pour de longs séjours ont plus tendance à faire des étapes sur leur trajet désormais.