Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le tourisme peut encore se développer au Pays Basque selon l'UMIH

-
Par , France Bleu Pays Basque

Le tourisme peut se développer en dehors de la période estivale estime Jean-Pierre Istre, président de l'Union des Métiers et des Industries Hotelières (UMIH) côte basque. Il mise désormais sur le tourisme durable, dit "éco-responsable".

Le tourisme peut encore se développer avant et après la saison estivale selon Jean-Pierre Istre, président de l'UMIH côte basque
Le tourisme peut encore se développer avant et après la saison estivale selon Jean-Pierre Istre, président de l'UMIH côte basque © Radio France - Jacques Pons

Pays Basque, France

Le tourisme est toujours un secteur stratégique au Pays Basque. Il compte 2 036 entreprises (dont les deux-tiers sur la côte) et 9 000 emplois équivalent temps-plein, soit un salarié sur dix. Selon le cluster Goazen, les retombées économiques du tourisme s'élèvent à 700 millions d'euros pour la partie basque du département.

Tourisme durable

Le tourisme peut encore se développer sur l'avant et l'après saison estivale, "nous savons faire ça" explique Jean-Pierre Istre, président de l'UMIH côte basque, "le tout est de le développer en régulant les choses et en respectant la réglementation". Pour cela, le patron des hôteliers basques mise sur le tourisme durable, dit 'éco-responsable'.  

On a tout ce qu'il faut pour réussir ce challenge ! — Jean-Pierre Istre

Le tourisme 'éco-responsable', "c'est en train de se faire" insiste le président de l'UMIH côte basque, "il y a des labels qui sont en train de ce développer. Je pense que oui, l'avenir est là !"

Jean-Pierre Istre, président de l'UMIH côte basque, était l'invité de France Bleu Pays Basque

La concurrence d'Airbnb

Le Pays Basque n'a pas échappé au phénomène de la plateforme californienne. Le nombre de logements proposés ainsi à la location à Anglet est passé de 710 en 2016 à 1 700 l'an dernier. Aujourd'hui, on estime à 8 000 voire 9 000 le nombre d'appartements du réseau Airbnb au Pays Basque, dont plus d'un tiers à Biarritz.

Conséquence de l'explosion des locations Airbnb : la multiplication de ce type de boîtiers-clés à l'entrée des immeubles, comme ici dans le quartier St Esprit à Bayonne - Radio France
Conséquence de l'explosion des locations Airbnb : la multiplication de ce type de boîtiers-clés à l'entrée des immeubles, comme ici dans le quartier St Esprit à Bayonne © Radio France - Iban Etxezaharreta

Lors de son dernier conseil du 29 septembre, la Communauté d'agglomération du Pays Basque a décidé de limiter - dès le 1er janvier prochain - le nombre de locations Airbnb suivant un zonage. Sur la côte basque (Anglet, Biarritz, Bidart, Guéthary, Ciboure, Urrugne, Saint-Jean-de-Luz, Hendaye) un propriétaire ne pourra plus louer qu'un seul appartement sur la plateforme, maximum deux sur la ceinture suivante (Ascain, Ahetze, Arbonne, Arcangues, Bassussarry, Bayonne). Pas de limitation en revanche pour la zone plus éloignée du littoral (Jatxou, Saint-Pierre-d’Irube, Monguerre, Lahonce, Villefranque, Urcuit, Ustaritz, Larressore, Biriatou, Boucau).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu