Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Conséquence du coronavirus : le tourisme perd un milliard d'euros par mois en Ile-de-France

Par

Le tourisme traverse la plus grave crise de son histoire et l’Ile-de-France est la région qui subit le plus fort impact économique et social. Une situation inédite et préoccupante dit ce matin Didier Arino, le directeur général de Protourisme, sur France Bleu Paris.

Conséquence de l'épidémie de coronavirus : le secteur du tourisme perd un milliard d'euros par mois en IDF Conséquence de l'épidémie de coronavirus : le secteur du tourisme perd un milliard d'euros par mois en IDF
Conséquence de l'épidémie de coronavirus : le secteur du tourisme perd un milliard d'euros par mois en IDF © Maxppp - Julien Mattia / Le Pictorium

Situation complètement inédite due à l'épidémie de coronavirus : le tourisme traverse la plus grave crise de son histoire. Sites fermés depuis plusieurs semaines, peut-être pour plusieurs mois, écroulement des nuitées touristiques... "C'est la première fois que l’on voit ça !" dit ce mercredi matin sur France Bleu Paris le directeur de Protourisme (société de conseil indépendante spécialisée en tourisme, sports, loisirs, culture, hôtellerie et restauration).

Publicité
Logo France Bleu

Première destination touristique mondiale avec plus de 50 millions de visiteurs en 2019, la région parisienne est la plus impactée, avec un milliard d'euros de pertes par mois pour le secteur en Ile-de-France. "Les sites fermés font zéro chiffre d’affaire" rappelle Didier Arino. "Certains se relèveront parce qu'ils sont suffisamment solides ; mais les petites entreprises risquent de disparaître".

Le directeur de Protourisme veut croire néanmoins à une reprise du tourisme dans la région : "L’Ile-de-France sera la première région à repartir : "quand on est le leader, on est le premier à chuter, mais on est aussi le premier à repartir lorsqu’il y a une croissance du tourisme mondial". Mais il nuance : "On ne va pas repartir comme avant la crise. Ce serait illusoire d’y croire".

Les principales nationalités qui viennent habituellement à Paris : Américains, Britanniques, Allemands, Espagnols et Chinois sont eux-mêmes au cœur de la pandémie. "Ils ne viendront pas tout de suite. Donc il faut s’attendre à une année catastrophique en Ile-de-France" prévient l'invité de France Bleu Paris qui ajoute que "si le secteur du tourisme peut paraître secondaire ou artificiel pour certains, il représente des centaines de milliers d’emplois"

Les choix du gouvernement sont un peu incohérents

Impossible de prévoir ses vacances pour les mois à venir, juin, juillet ou août. Les sites de vacances, tels que les villages-vacances, les campings sont fermés pour raisons administratives. Ce que regrette Didier Arino : "C’est un peu une incohérence des choix gouvernementaux puisque les hôtels eux sont ouverts. Certains d'entre eux ont décidé de fermer faute de clients, mais ils ont le droit d’ouvrir". Une fois le confinement passé, il compte sur les Français pour relancer l'activité touristique dans l'hexagone.

L'industrie du tourisme en quelques chiffres 

  • 7% du PIB de la France
  • 22 milliards de recettes
  • 2 millions d’emplois directs et 2 millions d’emplois indirects
  • 500.000 emplois direct en Ile-de-France, 500.000 emplois indirects
  • 1 milliard d'euros de pertes par mois à cause du coronavirus

selon les Chiffres de Protourisme .

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

L'info en continu

Publicité
Logo France Bleu