Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le tribunal de commerce de Limoges valide la reprise de Smuggler et de France Confection

mardi 6 mars 2018 à 13:42 Par Jérôme Ostermann, France Bleu Limousin

Le tribunal de commerce de Limoges a validé ce mardi matin la reprise de Smuggler et France Confection par le groupe Molitor. Un groupe de courtiers en assurance qui détient déjà une usine de confection au Portugal.

Il y a de l'inquiétude chez les salariés de France Confection à Limoges
Il y a de l'inquiétude chez les salariés de France Confection à Limoges © Radio France - Jérôme Ostermann

Limoges, France

Le groupe Orphée-Longchamps (qui détient Smuggler dont les pièces sont confectionnées à Limoges par France Confection) change de main. Résultat, le costumier haut de gamme Smuggler et l’atelier France Confection appartiennent désormais au groupe Molitor. Une reprise validée mardi matin par le tribunal de commerce de Limoges. Ce spécialiste du courtage en assurances s'est déjà diversifié dans le costume, avec une usine au Portugal et le réseau de distribution Torcello qui détient trois boutiques à Paris. Une nouvelle qui ne rassure pas vraiment les 90 salariés de France Confection. 

Entre soulagement et inquiétudes pour les salariés 

Il y a même de l'inquiétude quand à l'avenir du site de la rue Stuart Mill. Cette reprise a t-elle pour seul but de récupérer le réseau commercial de Smuggler (10 boutiques dont 6 à Paris) ? Ou y'a t-il un véritable intérêt pour le Made in France et donc pour maintenir l'activité de France Confection ? Pour l'instant, les salariés n'ont pas d'information. Tout juste leur a t-on dit que la seule chose qui changerait, c'est la direction.

De quoi rester mesuré selon Françoise Moreau, délégué du personnel et membre du syndicat CFE-CGC :"C'est une bonne nouvelle d'avoir un repreneur. C'est mieux que de n'avoir personne. Vu l'importance qu'avait Orphée-Longchamps dans notre production, il aurait été très difficile pour notre entreprise de survivre sans reprise d'Orphée-Longchamps. Mais il y a certaines interrogations. C'est normal. Molitor, c'est une société que l'on ne connait pas. Nous, tout ce que nous espérons, c'est d'avoir du travail, de façon à ce que l'atelier perdure. Ici, nous sommes 90. Mais sans travail, pas d'avenir..."

L'inquiétude prédomine mais on attend pour voir - délégué du personnel 

Et forcément, ce qui met le doute, c'est l'existence d'une usine au Portugal :"Le fait que Molitor a déjà une usine au Portugal, cela suscite des interrogations tout comme cela peut susciter des interrogations pour les ouvriers portugais. Après, si il y a une réelle volonté commerciale de développer le Made in France sur un secteur d'activité différent que celui qui est pratiqué au Portugal, il y aura de la place pour les deux entités. Pour l'instant, on ne sait pas. La restructuration globale du groupe va mettre quand même quelques mois".

En attendant, la situation du personnel est forcément délicate selon Françoise Moreau :"C'est sûr que l’inquiétude prédomine mais nous sommes des gens censés. On attend pour voir. J'imagine que la priorité est de remonter le réseau commercial. Pour produire, il faut d'abord vendre. On va faire le dos rond et attendre que les beaux jours reviennent. Il faut être optimiste". Sachant que depuis plusieurs mois, ce n'est pas vraiment la grande réjouissance. Vu les difficultés du groupe, l'atelier de France Confection tourne à 50% de sa capacité, avec des mesures de chômage partiel avec maintien de salaire. 

Le site de Limoges pas menacé selon le patron de France Confection

Ceci dit, le patron de France Confection Serge Bonnefond se veut rassurant, le groupe Molitor ayant pris des engagements forts :"Le groupe Molitor va reprendre l'ensemble des 90 salariés de France Confection et France Pantalon, avec tous les avantages acquis. L'ambition du groupe Molitor, c'est de se servir du label Made in France pour se développer, notamment à l'exportation vers les pays d'Asie, pourquoi pas les Etats-Unis, en Allemagne et dans les pays de l'Est. Pour nous, c'est une opportunité formidable, une grande chance pour les outils de travail. Les deux ateliers de Porto (quasiment 100% main) et Limoges (semi industriel) ne sont pas les mêmes et donc pas en concurrence. A aujourd’hui, je n'ai pas d'inquiétude pour le site de Limoges."

Très rassurant pour tous les salariés du groupe - Gilles Attaf

Un avis totalement partagé par le PDG de Smuggler Gilles Attaf :"Cette reprise est une excellente nouvelle pour tout le groupe Smuggler. Cela va permettre de pérenniser l'emploi et le savoir faire de l'outil de production de Limoges. C'était pour moi la priorité. C'est le dernier à fabriquer des costumes en France. C'était important pour moi de continuer à produire sur le territoire français. C'est une très bonne nouvelle d'autant qu'il y a une véritable vision du groupe Molitor pour prendre des parts de marché, avec trois nouvelles marques, avec une entrée de gamme, un moyen de gamme et un haut de gamme. Avec un objectif prioritaire, développer Smuggler et le Made in France, via France Confection. De toute façon, ce qui fait la valeur de la marque Smuggler qu'à rachetée Molitor, c'est son outil de production et le Made in France. Il n'y a aucun doute. Il y a eu des engagements pris très fermement sur la pérennité des emplois. Je trouve cela plutôt très rassurant pour tous les salariés du groupe."