Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Les Fonderies du Poitou en danger

Le tribunal de commerce rendra sa décision le 27 mars sur l'avenir de Saint-Jean-Industries

-
Par , France Bleu Poitou
Ingrandes, France

L'audience prévue ce mardi 19 mars a été renvoyée par le tribunal de commerce de Lyon au mercredi 27 mars prochain. Ce qui laisse un peu plus d'une semaine aux différentes parties pour de nouvelles négociations pour le site d'Ingrandes, dans le nord de la Vienne.

Des négociations sont prévues ce jeudi 21 mars entre Renault et les syndicats à Ingrandes. Photo d'illustration
Des négociations sont prévues ce jeudi 21 mars entre Renault et les syndicats à Ingrandes. Photo d'illustration © Radio France - France Bleu Poitou

Le tribunal de commerce de Lyon renvoie l'audience sur une éventuelle reprise du site au mercredi 27 mars prochain. Un report qui a été demandé par l'ensemble des parties, à la fois par les administrateurs mais aussi par les représentants des salariés. 

Nouvelles négociations prévues à Ingrandes ce jeudi

Les syndicats rencontrent ce jeudi 21 mars le directeur des achats de Renault pour discuter de l'accompagnement social des salariés. Si l'offre de reprise du groupe Liberty House est validée, seuls 272 des 326 salariés de Saint-Jean-Industries seront conservés. Rester à déterminer le sort des 54 salariés restant. 

Des primes pour inciter aux départs volontaires

Les syndicats veulent faire pression sur Renault et sur la direction de Saint-Jean-Industries pour obtenir des primes plus avantageuses pour inciter aux départs volontaires et éviter, selon Jean-Philippe Juin, délégué CGT, "des licenciements secs et contraints"

La CGT tient Renault et la direction pour responsable du placement en redressement judiciaire du site en novembre dernier. Selon le CGT, ils auraient dû "anticiper la diversification et ce, dès 2012". 

Probable report aussi pour le cas de la Fonderie Fonte

Selon la CGT, l'audience prévue ce jeudi ou ce vendredi pour l'usine jumelle de la Fonderie du Poitou Fonte devrait être elle aussi reportée à une date ultérieure par le tribunal de commerce de Poitiers. 

Ce mardi matin, les salariés des Fonderies du Poitou ont fait grève. Ils ont mené de nouvelles actions à Châtellerault pour inciter Renault à tenir ses engagements vis à vis des deux usines. 

A LIRE - A Châtellerault, les salariés des fonderies du Poitou adressent des messages fleuris au groupe Renault

Choix de la station

À venir dansDanssecondess