Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le tribunal de commerce valide la reprise de l'enseigne Mim, 800 emplois menacés

mardi 28 mars 2017 à 15:55 - Mis à jour le mardi 28 mars 2017 à 19:51 Par Géraldine Houdayer, France Bleu Paris et France Bleu

Le tribunal de commerce de Bobigny a validé, ce mardi, le plan de rachat partiel de l'enseigne de vêtements Mim par le consortium formé par Tally Weijl et Etam. Environ 800 emplois devraient être supprimés.

Les magasins Mim vendent des vêtements à bas prix.
Les magasins Mim vendent des vêtements à bas prix. © AFP - Philippe Huguen

Le tribunal de commerce de Bobigny a validé, ce mardi, le plan de rachat partiel de l'enseigne de mode à bas prix Mim par le consortium formé par Tally Weijl et Etam, ce qui devrait se traduire par la suppression d'environ 800 emplois sur 1.500.

Dans le détail, 791 licenciements sont prévus en France, un seul poste est conservé au siège de l'entreprise (sur 170 salariés), et 71 magasins sur 233 sont repris, précise un communiqué des salariés de Mim.

Les salariés restent mobilisés

Selon le jugement, cette offre de reprise partielle a été préférée à celle du groupe Clémenty, qui avait la faveur des salariés de l'enseigne d'habillement placée en redressement judiciaire, parce qu'elle permettait de sauvegarder 90% des emplois et des points de vente. Dans leur communiqué, les salariés se disent "dévastés" alors que certains "travaillaient depuis plus de 20 ans pour Mim". Ils annoncent qu'ils resteront mobilisés devant le siège à Thiais, ou dans leurs magasins.

À LIRE AUSSI :