Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le tunnel sous la Manche se prépare pour le Brexit, avec des travaux d'urgence

mardi 8 janvier 2019 à 18:16 Par Matthieu Darriet, France Bleu Nord et France Bleu

Peu importe les négociations entre la Grande-Bretagne et l’Union européenne, il y aura plus de contrôles pour traverser la Manche. Pas de changement pour les passagers, puisque l’Angleterre n’était pas dans l’espace Schengen. Mais pour les marchandises arrivant en France, ce sera plus compliqué.

En moins de trois mois, Eurotunnel va devoir agrandir son terminal, pour créer, sur des réserves foncières, une zone destinée aux contrôles douaniers et vétérinaires des camions arrivant de Grande-Bretagne, après le Brexit.
En moins de trois mois, Eurotunnel va devoir agrandir son terminal, pour créer, sur des réserves foncières, une zone destinée aux contrôles douaniers et vétérinaires des camions arrivant de Grande-Bretagne, après le Brexit. © Radio France - Matthieu Darriet

Coquelles, France

Comme la Suisse, la Grande-Bretagne va adhérer à la Convention de transit commun. Cela va faciliter les contrôles. Mais il faudra bien trier les camions qui arrivent en France, avec deux solutions : soit la flèche verte et ils peuvent filer sur l’A16 ; soit la flèche orange si les services vétérinaires ou les douaniers veulent effectuer plus de vérifications.  

Jacques Gounon, Pdg de GetLink (Eurotunnel) :  "Nous aurons, comme dans un aéroport, des files "rien à déclarer"." - Radio France
Jacques Gounon, Pdg de GetLink (Eurotunnel) : "Nous aurons, comme dans un aéroport, des files "rien à déclarer"." © Radio France - Matthieu Darriet

Jacques Gounon est le patron du tunnel sous la Manche : "Pour nous qui avons des temps de traversée très courts, la meilleure référence c'est l'aérien et non pas le maritime". 

Nous aurons, comme dans un aéroport, des files "rien à déclarer"

Ces possibilités de contrôles, physiquement sur le site même du tunnel, sont une exigence de la Commission européenne. Elle refuse, par exemple, une dérogation pour que le saumon d’Ecosse soit vérifié, à Boulogne, par les vétérinaires spécialisés dans le poisson. Peu de chance également qu’elle accepte l’idée d’un grand centre de contrôle installé à Calais, loin du port, pour les camions arrivant par ferries… de peur qu’ils quittent leur corridor, à la première sortie d’autoroute.

Des travaux à faire en moins de trois mois

Eurotunnel va donc lancer des travaux, pour être prêt avec des installations provisoires, dans moins de trois mois. Sans connaitre encore les besoins réels des services vétérinaires ou des douaniers, l'entreprise va construire des quais et des bâtiments. Une zone de réserve foncière de l‘Etat va être intégrée au terminal, avec les mêmes sécurités contre les intrusions de migrants. La facture sera de plusieurs millions d’euros.