Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le versement de la prime de fin d'année remis en cause pour les agents du Conseil régional de PACA ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Provence, France Bleu, France Bleu Vaucluse

La prime de fin d'année amputée en fonction du nombre de jours d'arrêts maladie ? La région PACA y réfléchit. Les agents territoriaux ont manifesté à Marseille ce mardi midi.

Les agents territoriaux sous les fenêtres du Conseil Régional de la "Région Sud Provence-Alpes-Côte-d'Azur" pour dénoncer un projet de réforme de la prime de fin d'année (Marseille)
Les agents territoriaux sous les fenêtres du Conseil Régional de la "Région Sud Provence-Alpes-Côte-d'Azur" pour dénoncer un projet de réforme de la prime de fin d'année (Marseille) © Radio France - Tony Selliez

Marseille, France

Ils étaient plusieurs centaines (600 selon la FSU), ce mardi midi : les agents territoriaux se sont regroupés sous les fenêtres du Conseil régional de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur à Marseille, pour dénoncer un projet de réforme de leur prime de fin d'année. La question doit être débattue ce jeudi en comité technique (instance consultative composée des représentants du personnel et de l'administration). L'idée serait de retirer aux agents une centaine d'euros par jour d'absence, à partir du sixième jour d'arrêt maladie dans l'année.

Pour justifier sa démarche, le Conseil régional met en avant le niveau d'absentéisme de ses agents : il serait deux fois supérieur aux autres régions françaises. En moyenne ? 41 jours par an en lycée, 25 pour les agents de son services Le coût de remplacement personnels absents s'élèverait à plus de 18 millions d'euros. La région assure par ailleurs avoir renforcé la médecine préventive et le contrôle médical de ses agents.

Une prime d'environ 2.000 euros bruts

La FSU a appelé les 6.000 agents de la collectivité à manifester ce mardi midi. L'enjeu ? La Région Sud PACA pourrait remettre en cause la règle de gestion de la prime de fin d'année : une prime d'environ 2.000 euros bruts.

"Si le médecin m'arrête parce que j'ai mal au dos, c'est justifié. Donc savoir qu'en plus je vais perdre des sous. On déshumanise complètement les agents. C'est une façon de nous dire aussi qu'on est des fainéants, des tire-au-flanc", déplore Eugénie, chef de cuisine dans un lycée de Pertuis, 1.700 euros net par mois à bientôt 50 ans.

Cette prime, qui correspond en fait au 13e mois, pourrait être amputée d'environ 100 euros par jour d'absence pour maladie, à partir du 6e jour d'arrêt dans l'année. Pour être précis, selon la Région, à partir du 6e jour d'absence pour "maladie ordinaire", la PFA (prime De fin d'année) subirait une décote de 107,5 euros par jour, et une décote totale au-delà de 25 jours.

"Il n'y a pas très longtemps, je me suis tapé une entorse, 3 semaines d'arrêt", raconte de son côté Angèle, agent d'accueil au lycée Colbert à Marseille. "Ce n'était pas voulu, hein ! L'an prochain, ça voudrait dire que je perds toute ma prime. 21 jours d'arrêt. Une entorse, pas de prime ! (...) Je viendrai maintenant travailler malade, et je ferai ce que je peux. Double peine. C'est une sanction".

Je viendrai maintenant travailler malade" - Angèle, agent d'accueil dans un lycée

Cette prime de fin d'année existe depuis 1984. Les agents territoriaux sont appelés à manifester à nouveau jeudi à partir de 11h30 devant le siège du Conseil Régional.

"Tout le monde est concerné par l'absentéisme. Ce qui est lamentable, c'est que l'administration nous fait subir son manque d'organisation et de responsabilité", accuse France, chef d'équipe dans un lycée à Nice. "On connaît les personnes qui abusent, on est capable de les identifier, d'intervenir. Seulement comme ils n'ont pas le courage de le faire, ils font d'un cas une généralité et vont toucher à la prime de fin d'année de tous les agents. C'est la triple punition : vous êtes malades, ça vous coûte en frais médicaux, et en plus vous avez une journée de carence retirée sur votre salaire.. et maintenant on vous impute votre prime de fin d'année. C'est inadmissible".