Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : c'est le visage d'une statue dijonnaise qui a été défiguré par les casseurs des Champs-Élysées

jeudi 6 décembre 2018 à 12:48 Par Anne Pinczon du Sel, France Bleu Bourgogne

Un visage a fait le tour d'internet depuis la violente manifestation de samedi sur les Champs-Élysées : celui d'une sculpture du Dijonnais François Rude, présenté parfois à tort comme le visage de Marianne. Il a été vandalisé par des casseurs.

Le moulage de la sculpture de François Rude a été vandalisé
Le moulage de la sculpture de François Rude a été vandalisé © Maxppp - Sathiri Kelpa

Dijon, France

Ce visage de femme qui hurle, à moitié cassé, est le moulage d'une sculpture de François Rude qui orne l'Arc de Triomphe sur les Champs-Elysées. Il a été vandalisé par des casseurs lors de la manifestation des gilets jaunes samedi dernier. 

Il existe un autre moulage de ce visage, rappelle France 3 sur son site internet. Il est justement à Dijon au musée François Rude. "Ce moulage de la sculpture originale a été commandé en 1938 pour _prévenir les éventuelles destructions dans une guerre mondiale_, avec notamment le développement de l'aviation et des bombardements", précise la conservatrice du patrimoine au musée de Dijon à la chaîne publique. 

Sur son compte facebook, la guide-conférencière Charlotte Glain Fromont rappelle que ce visage n'est pas celui de Marianne, comme il a parfois été présenté dans les médias. "Pauvre François Rude ! Il doit se retourner dans sa tombe de voir ainsi sa "victoire" (oui d'accord restons dans l'artistique pour l'instant), mais surtout le visage de son épouse Sophie Rude (née Frémiet) qui lui a servi de modèle pour sa réalisation complètement fracassée" écrit-elle sur sa page.