Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le zoo d'Amnéville dans la tourmente

Le zoo d'Amnéville est parvenu à un accord avec un fonds d'investissement

Le zoo d'Amnéville va peut-être sortir la tête du tunnel. Un accord a été trouvé fin septembre avec un investisseur étranger au parc. Si le tribunal de Metz le valide, une grande partie de la dette pourra être effacée.

Le zoo d'Amnéville devrait poursuivre son plan d'apurement avec plus de sérénité.
Le zoo d'Amnéville devrait poursuivre son plan d'apurement avec plus de sérénité. © Radio France - Victor Vasseur

L'arrivée d'un fonds d'investissement au zoo d'Amnéville était une rumeur, c'est désormais officiel. Il y a bien eu des tractations entre la direction et un investisseur pour sauver le parc de la dette. Des échanges qui se sont conclus le mois dernier avec un accord présenté au tribunal de grande instance de Metz le 27 septembre dernier. Michel Louis le directeur du zoo, préfère pour l'instant garder secret le nom du mystérieux investisseur. Une arrivée qui est conditionnée à l'effacement d'une grande partie des 50 millions d'euros de dettes du zoo

Le plan toujours de vigueur

En revanche, le plan d'apurement que le parc suit, ne devrait pas être raccourci pour autant. Selon la direction, les délais imposés par le tribunal devraient rester les mêmes. Mais "allégé de ce problème de dettes, on va pouvoir aller de l'avant", se réjouit Michel Louis, le directeur. Cet accord doit toutefois encore obtenir l'accord du tribunal de Metz qui statuera prochainement (pas de date fixée pour le moment).

Pas touche à la centaine d'employés

Michel Louis se montre également heureux car si la décision de la chambre de commerce de Metz lui est favorable, il n'aura pas à se séparer du moindre salarié. Il précise également que des investissements pour améliorer le parc sont d'ores et déjà dans les tuyaux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess