Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les 160 salariés de Francéole bientôt fixés sur leur sort

dimanche 23 juillet 2017 à 17:00 Par Anne Pinczon du Sel, France Bleu Bourgogne

La date butoir fixée par le tribunal de commerce de Chalon-sur-Saône pour les offres de reprise de Francéole est ce lundi à midi. Le fabricant bourguignon de mâts d'éoliennes en acier emploie 160 personnes sur les sites de Longvic et du Creusot. L'entreprise est en redressement judiciaire.

Francéole est le seul fabricant de mâts d'éolienne en acier
Francéole est le seul fabricant de mâts d'éolienne en acier © Maxppp - JC Tardivon

Longvic, France

Dernier délai pour Francéole, l'entreprise de fabrication de mâts d'éoliennes en acier qui est en redressement judiciaire depuis le mois de mai. Ce lundi, c'est le dernier jour pour qu'un repreneur dépose une offre devant le tribunal de commerce. Francéole emploie 160 personnes sur les sites du Creusot et de Longvic.

En théorie, l'entreprise est en période d'observation jusqu'au 7 septembre. Mais si aucune offre n'est déposée avant ce lundi midi, le tribunal pourrait avancer la fin de cette période d'observation . S'il n'y a pas de repreneur, l'entreprise sera placée en liquidation judiciaire. Il peut aussi y avoir une offre qui ne reprenne que l'un des deux sites ou encore un repreneur qui décide de diversifier l'activité et donc de ne pas reprendre tous les salariés.

Les salariés eux sont en grève illimitée depuis début juillet. Ils dénoncent le désintérêt de l'Etat qui promettait pourtant la création de 500 000 emplois dans les énergies renouvelables .