Économie – Social

Les 300 salariés de LIDL en Indre-et-Loire attendent des mesures après le Cash-Investigation

Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine jeudi 19 octobre 2017 à 11:40

Lidl en Indre-et-Loire, c'est 17 magasins et un entrepôt
Lidl en Indre-et-Loire, c'est 17 magasins et un entrepôt © Maxppp - Sébastien Jarry

En Indre-et-Loire, on compte 17 magasins et un entrepôt Lidl, pour environ 300 salariés. Des salariés choqués après le reportage diffusée récemment par Cash Investigation sur leurs conditions de travail. Une réunion de crise a lieu ce jeudi à la direction du groupe-France à Strasbourg.

Réunion de crise ce jeudi au siège de Lidl à Strasbourg. La direction convoque un comité d'entreprise extraordinaire, trois semaines après la diffusion du reportage Cash Investigation, qui dénonçait les conditions de travail des salariés des magasins discount. Pression managériale, charge de travail trop lourde, tâches dangereuses pour la santé, des constats dressés par les syndicats depuis des années. En Indre-et-Loire, on compte 17 magasins et un entrepôt, pour environ 300 salariés.

Une forme de déni de la réalité du côté de la direction ?

Lahouari Tami sera présent à Strasbourg pour faire entendre leur voix. Il est délégué syndical UNSA à Tours, mais il n'attend pas grand chose de cette réunion et s'étonne même de l'ordre du jour de ce CE.

L'un des points concerne la divulgation de rapports confidentiels de l'entreprise, autrement dit, comment les journalistes ont pu les obtenir"

Pour Lahouari Tami, "cet intitulé montre que l'entreprise n'a pas saisi l'ampleur du problème. Il aurait fallu que la direction s'explique sur ce qui a été montré. Il faudrait qu'elle cesse d'être dans le déni. Mais c'est un déni conscient parce qu'il n'y a pas de remise en cause du modèle Lidl. Il faut des mesures de la part de la direction", ajoute Lahouri Tami. "Il faut qu'elle mette en place des conditions de travail décentes".

On a des femmes le matin qui arrivent à 6h30 et qui doivent faire six palettes de fruits et légumes (...) On a aussi des managers sous pression qui font redescendre la pression sur leurs équipes"

Si les syndicats n'obtiennent aucune garantie sur une amélioration des conditions de travail, Lahouari Tami annonce de futurs mouvements de grève, partout en France. Pour l'instant aucune mobilisation prévue aujourd'hui dans le département.