Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les agents du Mans vont-ils devoir travailler plus ?

-
Par , France Bleu Maine
Le Mans, France

En 2016, Le Mans ville et métropole vont à nouveau voir fondre leurs dotations d'Etat. Pour équilibrer le budget, il va donc falloir trouver au moins 3 millions d'économies. Les agents territoriaux craignent d'en payer les frais, notamment de perdre cinq jours de congés.

Gilles Armange, délégué CGT des territoriaux du Mans.
Gilles Armange, délégué CGT des territoriaux du Mans. © Radio France - Alexandre Chassignon

Quatre millions de dotations de l'Etat en moins, en 2016, pour Le Mans Métropole. Presque autant pour la ville du Mans... L'une des conséquences du pacte de responsabilité du gouvernement, c'est que les collectivités locales vont devoir se serrer la ceinture. Ville et métropole comprises, l'objectif du Mans sera donc de trouver trois millions d'économies sur ses budgets de fonctionnement en 2016. Cela passe forcément par une maîtrise de la masse salariale, l'une des principales dépenses de la collectivité. Ainsi, le département des Alpes maritimes a récemment supprimé des jours de congés et des RTT à ses fonctionnaires. Les syndicats CGT, FO et FSU des territoriaux craignent une décision du même type au Mans.

Cinq jours de congés en moins ?

Depuis les 35 h, les quelque 3000 fonctionnaires manceaux travaillent en moyenne 1 554 heures par an. Soit un peu moins que le plancher autorisé de 1 607 heures car depuis des années, ils bénéficient de 5 jours de congé "bonus". Un acquis que Gilles Armange, le délégué CGT des agents, craint de voir remis en cause :

On voit bien que si on supprime cinq jours, on gagne une semaine de 35 heures. Multiplié par le nombre d'agents, on voit ce que ça peut représenter. Sauf que c'est un avantage local depuis un certain nombre d'années et on ne veut pas de sa remise en cause !

Aujourd'hui, le remplacement des départs à la retraite n'est déjà plus systématique au sein de la fonction publique territoriale mancelle. Et la ville prévient : à l'avenir, il va falloir limiter le recours au CDD et aux vacataires pour assurer les remplacements. Du coup, les titulaires vont-ils devoir travailler davantage ? "Pas forcément", répond Jean Claude Boulard, qui n'en dira guère plus... Et préfère souligner les efforts déjà consentis par les cadres :

Les directeurs ont accepté des regroupement de services. Là où il y avait deux directeurs, il n'y en a plus qu'un. Ce n'est pas rien. Moi même, au sein de mon cabinet, je n'ai pas remplacé tous les départs à la retraite. Si l'exemple vient du sommet des hiérarchies, c'est plus facile de voir comment on peut, à d'autres niveaux, trouver des arrangements. 

Autrement dit, les agents aussi devront faire des efforts... Reste à savoir lesquels. Le maire recevra prochainement les syndicats pour en discuter.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess