Économie – Social

Les agents municipaux de Canet-en-Roussillon travailleront huit minutes de plus par jour

Par Suzanne Shojaei, France Bleu Roussillon mardi 24 janvier 2017 à 22:00

Les agents municipaux travailleront 30 heures de plus par an.
Les agents municipaux travailleront 30 heures de plus par an. © Radio France - Suzanne Shojaei

La mairie de Canet-en-Roussillon a voté mardi soir, lors de son conseil municipal, en faveur d'un allongement du temps de travail de ses 340 agents municipaux. Elle réagit à un rapport de la chambre régionale des comptes, publié en novembre.

"Huit minutes de plus par jour, pas de quoi fouetter un chat !", sourit Bernard Dupont. Le maire de Canet-en-Roussillon vient de faire voter, lors du Conseil municipal, un allongement du temps de travail des agents de la ville. Décision qui fait suite à un rapport de la chambre régionale des comptes, qui rappelait la municipalité à l'ordre en novembre.

32 heures de moins que la durée légale

Dans le rapport, la chambre régionale des comptes souligne que certains agents de la commune travaillent 32 heures de moins que la durée légale du temps de travail. Cette différence représente un coût pour la commune, environ 210 000 euros par an. "On nous demande de revenir dans les rails, explique Bernard Dupont. Donc on se doit de le respecter."

"La loi, c'est 1607 heures de travail par an et pas 1575 heures", martèle Bernard Dupont, le maire de Canet-en-Roussillon.

"Les fonctionnaires, le fusible qu'on fait sauter"

Cette décision, Bernard Martinez la rejette. "Nous avons des employés qui travaillent de nuit, qui ont des horaires décalés, démontre le syndicaliste. Et un décret existe pour réduire leur temps de travail. C'est tout à fait légal et réglementaire."

Selon lui, les rapports de la chambre régionale des comptes ne sont que des recommandations. "Je ne sais pas pourquoi la municipalité obéit. Il ne faudrait pas que les fonctionnaires soient le fusible qu'on fait sauter dès qu'il y a un problème."

"La chambre régionale des comptes fait seulement une recommandation", remarque le syndicaliste Bernard Martinez.

Bernard Martinez compte aller au tribunal administratif pour tenter d'annuler le vote.