Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les agriculteurs dans les rues de Tours pour défendre les zones d'élevage défavorisées

mercredi 7 février 2018 à 17:19 Par Denis Guey, France Bleu Touraine

Une vingtaine de tracteurs venus du nord-ouest et du sud de l'Indre et Loire ont roulé dans les rues de Tours et ont déversé du fumier devant la direction départementale de la protection des populations.

Les tracteurs ont commencé leur périple le matin au rond-point de la Base Aérienne
Les tracteurs ont commencé leur périple le matin au rond-point de la Base Aérienne © Radio France - Denis Guey

Indre-et-Loire, France

Ils s'étaient donnés rendez-vous un peu avant midi aux entrées nord et sud de Tours avant de converger vers le centre-ville. Les agriculteurs de Touraine ont manifesté pendant plusieurs heures  avec leurs tracteurs avenue de la Tranchée, avenue de Grammont, puis devant la préfecture où une délégation de l'UDSEA, du CJA et de la Chambre d'Agriculture a été reçue en début d'après-midi. 

Ils craignent de perdre l'indemnité versée par l'Europe pour compenser le handicap des zones d'élevage défavorisées. Cette indemnité appelée ICHN, indemnité compensatoire de handicaps naturels, équivaut en moyenne à une somme de 7500 à 8000 euros par exploitation. Or, la Touraine pourrait prochainement être exclue du système car une nouvelle carte des zones défavorisées doit être présentée par la France à l'Union Européenne au 1er janvier 2019. Selon les informations obtenues par l'UDSEA, le principal syndicat agricole, 250 élevages seraient concernés en Indre et Loire. La perte de l'ICHN qui représente la moitié de leur revenu annuel serait pour certains un véritable arrêt de mort. 

Nous sommes trois exploitants en Gaec familial à Bray-sur-Maulne, près de Château-La-Vallière. On a toujours été en zone défavorisée depuis que la carte existe c'est-à-dire depuis 1976. Si nous sommes exclus du périmètre de cette zone redéfinie par la nouvelle carte, nous perdrons  18 000 euros d'indemnité soit 70% de notre revenu annuel qui varie de 25 000 à 30 000 euros. Il n'y aura plus qu'à se mettre au chômage -Armel Dauzon, éleveur

Si demain l'ICHN, l'indemnité compensatoire de handicaps naturels, disparait, cela touchera environ 250 élevages en Touraine. Cette indemnité équivaut à 7 500,00 euros en moyenne sur le département. Ce qui représente en règle générale, la moitié du revenu d'un éleveur. En plus, on ne croit pas aux mesures d'accompagnement que propose le gouvernement-Cédric Raguin  président du Centre des Jeunes Agriculteurs en Indre et Loire

Les zones concernées se trouvent sur le plateau de Sainte Maure de Touraine, Langeais, et du côté de Château-La-Vallière. A Tours, les manifestants ont déversé du fumier devant la Direction Départementale de la Protection des Populations avenue de Grammont. Le directeur a tenté de les convaincre que les mesures d'accompagnement envisagées par le gouvernement seraient suffisantes pour ceux qui sortiront de la carte ces zones défavorisées. Sans succès.