Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Les agriculteurs de la Dordogne demandent l'aide des députés pour soutenir le TODE

-
Par , France Bleu Périgord

Le dispositif travailleurs occasionnels demandeurs d'emploi (TODE) doit être supprimé dans le projet de loi de finances 2019, les agriculteurs de la Dordogne en appellent aux députés pour soutenir cette mesure à l'Assemblée Nationale.

Une vingtaine d'agriculteurs de la FDSEA étaient réunis ce lundi à Périgueux
Une vingtaine d'agriculteurs de la FDSEA étaient réunis ce lundi à Périgueux © Radio France - Maxime Fayolle

Dordogne, France

Le calcul est rapide pour Fabien Joffre, le président de la FDSEA de la Dordogne "la suppression du TODE c'est 189€ par mois et par saisonnier. Ce dispositif est entré en vigueur en 1985 pour exonérer de charges ces emplois saisonniers. En Dordogne, cela va impacter plusieurs secteurs : les pommes, le vin, les fraises, les chataignes ... Je comprends le souci de simplification, mais cela va plomber ces filières."

"Je préfère arrêter avant le désastre"

Les producteurs sont unanimes, ce TODE est utile pour l'emploi des saisonniers. "J'ai une dizaine d'équivalent temps plein dans mon exploitation, dont 80% de saisonniers. Si on m'enlève ce TODE, c'est l'équivalent de la marge de mon exploitation qui disparaît ! Je préfère arrêter avant le désastre" se désole Philippe De Montvert, pomiculteur près de Bergerac

De son côté, Patricia Rebillou, productrice de fraises à Cendrieux a prévenu son fils qui devait reprendre son exploitation : "on lui a dit de faire attention ! On est inquiets, je ne veux pas en faire un esclave des temps modernes. Il a le droit à des vacances, des loisirs, élever ses enfants ..."

La FDSEA en appelle aux députés pour défendre cette mesure lors de l'examen du projet de loi de finances 2019 à l'Assemblée nationale.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu