Économie – Social

Les aides à domicile de la Manche tirent la sonnette d'alarme : "On commence à devenir maltraitante"

Par Katia Lautrou, France Bleu Cotentin mercredi 19 avril 2017 à 18:00

Les aides à domicile de la Manche sont en colère
Les aides à domicile de la Manche sont en colère © Radio France - Katia Lautrou

Les aides à domicile dans la Manche sont en colère. Elles dénoncent leurs conditions de travail. Elles sont 3 000 à travailler dans ce secteur et le syndicat départemental des aides à domicile de la Manche tire la sonnette d'alarme.

Dans la Manche, les aides à domicile se disent à bout. Elles pointent du doigt leur quotidien au travail. Et font la liste selon elle de ce qui ne va pas : des plannings qui changent du matin pour l'après-midi, jusqu'à 15 fois dans le mois, des repos qui sautent, pas de RTT, pas le temps de manger et des salaires qui n’excèdent pas le SMIC après 15 ans de service. Mais le pire pour elles, ce sont les missions chez les personnes qui ne doivent pas dépasser 30 minutes.

Stéphanie Lecerf est auxiliaire de vie à l'UNA, une des associations d'aides à domicile dans la Manche et elle est aussi secrétaire général du syndicat départemental d'aides à domicile : "une demi-heure pour s'occuper de personnes atteintes d'Alzheimer, Parkinson, en fin de vie, handicapées...On nous demande de faire l'impossible en une demie-heure. On devient maltraitante malgré nous. Il y a des fois en rentrant chez moi je me dis est-ce que j'ai bien fait mon travail ? On est un lien social parce que ces personnes sont souvent seules. C'est de l'humain et une demie-heure pour ouvrir une maison, lever la personne, l'habiller, lui donner son petit-déjeuner...ce n'est pas possible. Tout ça prend du temps et du temps on en a pas."

"On nous donne pas les moyens de faire correctement notre travail"

Dans la Drôme, il est parfois difficile de trouver des aides à domicile - Radio France
Dans la Drôme, il est parfois difficile de trouver des aides à domicile © Radio France

Aujourd'hui, les aides à domicile dans la Manche sont environ 3 000. Elles dépendent financièrement du conseil départemental de la Manche. Et aujourd'hui elles en interpellent même les politiques à quelques jours du premier tour de la présidentielle.

Florence est employée de l'ADMR, une des plus importantes associations d'aide à domicile dans le département : "On nous donne pas les moyens de faire correctement notre travail. Faut arrêter quoi. ça me fait mal au coeur. C'est un petit peu de la maltraitance. Après 14 ans de service je gagne 1100 euros net et parfois 200 euros de frais kilométriques en plus mais on est remboursé qu'à 65 %. On nous en demande de plus en plus en un temps réduit?. Je suis déçue, je commence à baisser les bras. Moi j'interroge les politiques : comment financer la dépendance ? Que faire? "

Hier nos sollicitations auprès de la direction de l'association d'aides à domicile UNA et du conseil départemental sont restées vaines. De son côté l'ADMR affirme comprendre les difficultés de ses salariés et ajoute que des discussions sont actuellement en cours au conseil départemental pour tenter d'améliorer la situation.

Invité demain jeudi 20 avril à 7H45 sur France Bleu Cotentin le témoignage en longueur de Florence Guillotte, employée de l'ADMR, une des plus importantes associations d'aide à domicile dans le département.