Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les Alsaciens incités à suivre leur alternance dans des entreprises allemandes

samedi 25 mars 2017 à 22:02 Par Charlotte Jousserand, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Ce lundi 27 mars débute la semaine "Réussir sans frontière / Erfolg ohne Grenzen", une semaine d'information pour les Alsaciens et les habitants du Grand Est pour les inciter à se former en Allemagne. A Karlsruhe, l'entreprise Michelin a été pionnière dans le domaine.

L'usine Michelin de Karlsruhe a été la première entreprise allemande à former un apprenti français
L'usine Michelin de Karlsruhe a été la première entreprise allemande à former un apprenti français © Radio France - Charlotte Jousserand

Wissembourg, France

La semaine d'information "Réussir sans frontière / Erfolg ohne Grenzen" commence ce lundi 27 mars. Elle a pour objectif d'informer les habitants de la région Grand Est et donc des Alsaciens des possibilités de formation en Allemagne. Toute la semaine des ateliers sur "la vie quotidienne des frontaliers" ou bien sur "la candidature en Allemagne" sont organisés. Ainsi que des conférences, des visites d'entreprises et des job-dating.

Pour les apprentis français il y a un intérêt à aller se former dans les entreprises allemandes. D'une part pour la maîtrise d'une langue, d'une technique et puis aussi parce que à terme c'est l'embauche qui est visée et l'Allemagne a besoin de salariés qualifiés notamment dans le domaine technique. De plus, le taux de chômage est beaucoup plus bas qu'en France. "Il y a donc de vrais opportunités" selon Evelyne Isinger, conseillère régionale du Grand Est.

Le premier apprenti formé à Michelin à Karlsruhe en 2013

Actuellement 300 jeunes du Grand Est suivent leur alternance dans des entreprises allemandes. Le partenariat sur l'apprentissage entre les deux pays est récent. Il date de 2013. Le tout premier apprenti a commencé dans l'entreprise Michelin de Karlsruhe. Au début, cela n'a pas été simple pour régler toutes les démarches administratives, les équivalences entre les enseignements français et allemands mais aujourd'hui c'est beaucoup plus simple. En ce moment, l'entreprise Michelin de Karlsruhe forme 20 apprentis dont 8 apprentis français.

Parmi eux, Franck Spielmann, 18 ans. Il est en alternance chez Michelin depuis le mois d’août dernier. Au départ, il comptait suivre son BTS Maintenance des systèmes dans une entreprise en France mais il n'a pas trouvé : "J'ai envoyé une trentaine de lettres et je n'ai jamais eu de réponse. Mon père m'a proposé d'aller en Allemagne, j'ai envoyé une lettre à Michelin et ils m'ont pris". Franck ne regrette pas ce choix. Il ne parle pas encore très bien allemand mais il se débrouille et cela va de mieux en mieux. Le jeune Alsacien effectue deux semaines en entreprise et deux semaines dans son centre de formation à Wissembourg. Il y a une demie-heure de voiture entre les deux.

Un partenariat entre centres de formation et entreprises allemandes

Dans son CFA, le centre de formation des apprentis Stanislas, cela fait quatre ans que des apprentis partent se former dans des entreprises allemandes. Cette année, ils sont quatre dont deux sur les 15 élèves de la classe de Franck. Pour Danielle Bastian, directrice adjointe du CFA Stanislas : _"il n'y a aucune difficulté avec l'entreprise Michelin, c'est le genre d'entreprise qui donne l'exemple, c'est vraiment ce genre d'entreprise flexible qui nous intéresse".

Et l'usine Michelin de Karlsruhe s'intéresse de près aux apprentis français car elle a besoin de main d'oeuvre. Selon le responsable des ressources humaines de Michelin, Matthias Blum, dans la région du Bade Wurtemberg, il va manquer "240.000 ouvriers qualifiés" et il y aura dans les prochaines années "15% d'emplois vacants dans le secteur de l'artisanat et de la mécanique". L'usine Michelin veut former des jeunes "pour transmettre le savoir" car "la moyenne d'âge des ouvriers est actuellement de 45 ans"_. L'entreprise Michelin de Karlsruhe embauche chaque année entre 6 et 7 apprentis.