Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Les anciens GL Bijoux attendent toujours les 842.000 euros promis

vendredi 25 juillet 2014 à 21:07 Par Florence Beaudet, France Bleu Drôme Ardèche

Les 239 licenciés du fabricant de bijoux ardéchois devaient bénéficier de cet argent prévu dans le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) pour financer leur reconversion. Mais la somme est bloquée. Ils ont manifesté ce vendredi à Privas.

Manif Privas GL Bijoux
Manif Privas GL Bijoux © Radio France - Diane Ferchit

Une nouvelle tuile pour les anciens GL du Cheylard. Les 239 salariés du fabricant de bijoux ardéchois qui ont été licenciés cette année attendent toujours l'argent promis. Une cinquantaine d'entre eux se sont réunis pour marquer leur inquiétude devant la préfecture à Privas ce vendredi. Le problème ne concerne pas le versement des indemnités de licenciement qui est en cours. Il concerne les 842.000 euros prévus dans le PSE pour financer durant quelques mois encore leur mutuelle santé et surtout les formations et les aides à la création d'entreprise.

842.000 euros bloqués

Cet argent existe. Mais il a été mal consigné. Aujourd'hui, les AGS (le fonds de garantie qui a payé les salaires depuis janvier 2013) réclament cet argent pour se rembourser. Qui est prioritaire ? Vide juridique sur le sujet. Le préfet de l'Ardèche qui a reçu une délégation a promis de suivre le dossier. Le tribunal de commerce d'Aubenas va être saisi, c'est lui qui tranchera. Les anciens salariés de GL Bijoux, eux, n'en peuvent plus de patienter.