Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

Les banques cherchent à faire fermer les PEL anciens, trop coûteux pour elles

-
Par , France Bleu

Les banques cherchent à convaincre leurs clients de fermer leurs plans d'épargne logement anciens. Avec des taux d'intérêt élevés, ils représentent un surcoût de six milliards d'euros par an pour les établissements, selon un calcul publié ce mercredi dans le Canard enchaîné.

Les anciens PEL beaucoup plus que les autres placements
Les anciens PEL beaucoup plus que les autres placements © Maxppp - Jean Francois Frey

Les banques cherchent à convaincre leurs clients de fermer leurs anciens plans d'épargne logement. Selon le Canard enchaîné publié ce mercredi, plusieurs établissements envoient des courriers à leurs clients leur demandant de réexaminer leurs placements et notamment de fermer leurs anciens PEL. Et pour cause : selon la date à laquelle, ils ont été signé, ils peuvent rapporter gros aux épargnants et coûter cher aux banques. Le Canard enchaîné a calculé que ce surcoût se monte globalement à six milliards d'euros par an.

Des avantages rognés progressivement

Les avantages du Plan d'épargne logement varient selon la date à laquelle il a été signé. Si votre PEL date d'avant 2011, vous avez le droit de le garder aussi longtemps que vous voulez et il vous rapportera chaque année le taux qui était prévu au départ. Seule limite, vous ne pouvez plus verser d'argent dessus au bout de dix ans. Mais contrairement à que laissent souvent entendre les banques, vous n'êtes pas obligé de le fermer. 

Les plans ouverts après ont une durée limitée de quinze ans. Ils sont ensuite automatiquement convertis en livrets classiques. Mais les anciens PEL représentent encore plus de 20 % du total. Les plans d'avant 2003 rapportent au moins 3,27 % par an, voire plus de 6 % pour ceux qui ont été signés jusqu'au milieu des années 90. Soit beaucoup plus que n'importe quel autre placement sans risque et beaucoup plus que le livret A dont le taux d'intérêt est aujourd'hui de 0,75%. 

La prime aussi dépend de la date de signature

Pour les plans qui datent d'avant 2003, vous avez droit à une prime de l'Etat qui se monte à 1525 euros maximum. Et ce quel que soit l'usage que vous faites des fonds après la fermeture du plan. Pour toucher cette même prime avec un plan signé entre 2003 et 2011, il faut avoir obtenu un crédit immobilier lié à ce PEL. Nouveau tour de vis en 2011. A partir de cette date, non seulement il faut avoir obtenu un crédit immobilier mais celui-ci doit se monter à au moins 5 000 euros et financer un logement basse consommation. Pour les autres logements la prime est limité à mille euros. 

Les taux pour emprunter restent très bas

S'il a été conçu pour aider les épargnants à financer leur logement, le PEL aujourd'hui n'est plus qu'un produit d'épargne. Pour emprunter, les taux d'intérêt tournent autour de 1 %, nettement moins que ce que prévoient les plans d'épargne logement. Les banques se retrouvent prises en étau, obligées de verser des intérêts de PEL élevés, tout en rognant sur leurs marges pour accorder des prêts aux emprunteurs. On comprend pourquoi, dans ces conditions, elles ont tout intérêt à vous convaincre de mettre un terme à votre vieux D'où leurs tentatives de convaincre les épargnants de fermer leurs vieux plans d'épargne logement. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu